En ce moment
 
 

Les codes de couleurs attaqués en justice: une agence de voyage dépose un recours en urgence

Les codes de couleurs attaqués en justice: une agence de voyage dépose un recours en urgence
 
 

Le système des codes couleurs pour les vacances fait l'objet de critiques. Une agence de voyage le conteste devant le Conseil d'État. Elle estime que les critères repris par les autorités sont flous.

Heusy (Verviers) en région liégeoise. Depuis plus de deux mois, Damien Keutgen, directeur d'agence de voyage, travaille tous les jours et perd de l'argent. Mercredi, c'était la décision de trop. La Belgique a interdit les déplacements dans toute l'Espagne. Elle est désormais rouge. D'autres pays, comme la France, ont aussi placé l'Espagne en rouge mais sans y interdire l'accès. Juste quelques restrictions. Damien Keutgen s'interroge: "S'il y a un client qui va me demander un circuit sur 'Andalousie avec des logements différents, les hôtels ne veulent pas rembourser. Ils n'ont rien à voir avec nos codes couleurs. Comment expliquer que les voisins, les Français, peuvent-y aller et pas nous?"

Il y a une incompréhension totale

Le directeur d'agence de voyage décide d'aller en recours devant le Conseil d'Etat pour casser le code couleur qu'il juge illisible, incohérent et même illégal. Audrey Lackner, avocate, fait savoir: "La Belgique est elle-même, selon ces mêmes critères-là, en zone rouge. C'est un peu incompréhensible de se dire qu'on ne peut pas aller en Espagne alors qu'à Bruxelles, on peut circuler tout à fait normalement. Il y a une incompréhension totale à ce niveau-là. "

La Belgique se base entièrement sur les recommandations de Sciensano. Le ministère de la Santé et celui des Affaires étrangères ne veulent même pas répondre à nos questions et nous renvoient devant ce collège d'experts. Le plus difficile à comprendre est que la France et l'Allemagne, ont donné une couleur rouge à l'Espagne mais leurs frontières restent ouvertes. Si le conseil d'État donne raison à cette agence, l'Espagne pourrait redevenir accessible.




 

Vos commentaires