En ce moment
 
 

Les établissements de Jean-François et Maxime bondés: de nombreux Belges sont sortis une dernière fois avant les mesures contre le coronavirus

 
CORONAVIRUS

"Notre clientèle s'est montrée très solidaire" "On peut dire merci à la clientèle"

Les autorités fédérales ont ordonné jeudi soir la fermeture des restaurants de samedi 00h jusqu'au 3 avril, "une véritable catastrophe" pour le secteur, a commenté Philippe Trinne, vice-président de la fédération horeca Bruxelles.

"Il s'agit de mesures exceptionnelles, extrêmement dures, mais probablement nécessaires face à la pandémie mondiale", reconnaît M. Trinne. "Les autorités ont un tas de données sur la santé que nous n'avons pas." Les prochaines semaines risquent d'être très compliquées pour les 186.000 salariés et 60.000 patrons de commerces horeca dans toute la Belgique. "On espère en tout cas que cela servira à quelque chose", soupire Philippe Trinne.

Pour suivre les conséquences des mesures drastiques, plusieurs de nos équipes se sont rendues dans des établissements de l'Horeca ce vendredi soir. À Liège, les mesures exceptionnelles ont provoqué des comportements eux aussi exceptionnels: de nombreux établissements ont affiché complet. Notre journaliste Mathieu Langer a interrogé en direct dans le RTL INFO 19H le gérant d'un restaurant qui affichait complet. "Clairement, je pense que notre clientèle s'est montrée très solidaire aujourd'hui, que ce soit par des SMS, des appels téléphoniques, et surtout par le nombre de réservations. Il y en a beaucoup plus que d'habitude. On a plus de monde et il y avait énormément de demande", a confié Maxime Guldentops, gérant de la Brasserie Riva.

Le gérant a confié avoir étudié la possibilité de livrer les plats de son établissement. Une solution malheureusement difficile à mettre en place, selon Maxime Guldentops: "Notre carte n'est pas du tout adaptée à ce genre d'emporter. Donc on ne va pas le faire dans l'immédiat".

Comment alors écouler les stocks pour éviter une perte sèche et du gaspillage? "Comment on va faire? Déjà ce soir en ayant pris énormément de monde. On va évacuer un maximum. La deuxième solution, ce sera de donner une partie à mon personnel. Ou de revendre à des clients ou des amis, ou faire une donation", a répondu Maxime Guldentops.

On peut vraiment dire merci à la clientèle de nous avoir soutenu et d'être venu pour faire une dernière fête

L'une de nos équipes de reporters s'est aussi rendue dans un café liégeois où la salle était comble. Dans cet établissement, il y avait quinze fûts de bière à terminer, soit environ 300 à 400 litres à écouler en une soirée. "On ne s'attendait pas à de telles mesures. On s'attendait plutôt à une baisse de la fréquentation que de devoir fermer l'établissement. Là ça veut dire qu'on va se retrouver avec plus de rentrées financières pendant trois semaines. Ça va être très très dur. On ne sait pas encore les aides qui seront apportées. On sait juste qu'on peut mettre le personnel au chômage technique. Le plus important était de faire la journée d'aujourd'hui, et on va se renseigner durant la semaine pour voir comment on va survivre à ça", a confié Jean-François, le gérant.

Malgré tout, de nombreux clients ont répondu présent ce vendredi soir pour un dernier moment de fête. "On peut vraiment dire merci à la clientèle de nous avoir soutenu et d'être venue pour faire une dernière fête avant ce confinement. On voit que les Liégeois avaient envie de faire la fête, oui", a réagi Jean-François.

D'ailleurs, notre équipe a constaté à Liège une ambiance très festive, avec de nombreux cafés et restaurants bondés.

Dès minuit cependant, la police veillera à ce que la mesure de fermeture est bien respectée.

 

 

Vos commentaires