Les francs-maçons écrivent aux députés: ils ne veulent pas de cette loi sur les migrants

Des francs-maçons ont décidé d'écrire à des parlementaires, une démarche plutôt inhabituelle.  Une loge maçonnique bruxelloise influente a envoyé un courrier aux parlementaires fédéraux. Ce courrier les incite à ne pas voter le projet de loi du gouvernement fédéral autorisant les visites domiciliaires, qui vise surtout les personnes en séjour illégal. Un projet "contraire aux valeurs des francs-maçons" disent-ils. Loïc Parmentier et Didier Clippe font le point pour RTL Info.

Certains députés ont reçu récemment une lettre. Voilà ce que l'on peut y lire : "Mes très chers frères, mes très chères sœurs, il n’est pas courant qu’une loge prenne la plume pour interpeller des mandataires publics en leur qualité de Maçon. Respecte l’étranger voyageur, aide-le, sa personne est sacrée pour toi. Nous apprend le précepte maçonnique. Il nous paraît important de veiller à ce que certaines limites ne puissent être franchies. Il en va de la protection de notre démocratie. Nous espérons que tu auras à cœur de t’opposer à l’adoption de ce texte dangereux et de sensibiliser les membres de ta formation politique." 

Cette lettre est signée par la loge maçonnique du "Droit humain". Le texte de loi visé concerne des citoyens, comme ces bénévoles qui aident, qui hébergent des migrants. Le gouvernement souhaitent autoriser à des agents de l’office des étrangers de venir chez eux afin d’arrêter les personnes en situation illégale.

Lundi dernier, les équipes d'RTL Info avaient suivi Nikou, 74 ans, qui accueille un jeune soudanais pour lui éviter de dormir dans la rue. Ce texte de loi lui inspirait un moment fort de l'Histoire. "À l'époque ceux qui ont hébergé et caché les juifs ont payé un lourd tribut. J'espère qu'on n'ira pas jusque-là en Belgique!" avait-elle déclaré.  

"Un lobbying universaliste pour défendre les intérêts de tous les citoyens"

Sur cette initiative d’une lettre adressée aux députés, nous avons rencontré ce professeur de philosophie à l'ULG, lui-même franc-maçon. Pour lui, cet engagement dans le débat politique est tout à fait logique. "La forme, c'est vrai, est exceptionnelle, explique Edouard Delruelle, mais l'initiative en tant que telle que des maçons interpellent d'autres maçons, c'est assez régulier. Ce n'est pas un lobbying pour défendre les intérêts des maçons. C'est un lobbying universaliste pour défendre les intérêts de tous les citoyens, de tous les individus."

La Franc-maçonnerie dans son rôle de questionnement de notre société, ce n’est pas neuf. Ils avaient déjà participé aux grands débats comme l’avortement ou encore l’euthanasie.

Vos commentaires