En ce moment
 
 

Les maisons de repos n'en reviennent pas: "C'est de la folie furieuse de suspendre les tests préventifs du personnel en cette période"

 
CORONAVIRUS
 

Vincent Fredericq, secrétaire général de Femarbel, la Fédération des maisons de repos, était l'invité de Fabrice Grosfilley mardi matin. "La situation est sous contrôle pour l'instant, mais l'eau monte", a-t-il prévenu d'emblée. Et il est venu avec les dernières stats en sa possession: "On a les chiffres wallons ce matin: dans moins de 50% des maisons de repos, il y a 1 cas ou 2, essentiellement des membres du personnel. Il y a un certain nombre de clusters (donc plus de 10 cas) dans 15 à 18% des maisons de repos". Ça représente "70 à 80" établissements en Wallonie. Pour lui, il est donc grand temps d'agir pour éviter l'hécatombe des mois de mars et d'avril dernier. Mais ça s'annonce compliqué...

Grande difficulté pour le personnel: pour l'instant, on ne les teste plus, comme toutes les personnes asymptomatiques...

"On ne les teste plus pour un mois, vu l'incapacité du fédéral à fournir suffisamment de capacité d'analyse. On est dans une reprise de l'épidémie au niveau de la population, et notre personnel évidemment, fait partie de cette population (mais il n'est pas testé). Donc on navigue dans le brouillard, sans instrument".

Qu'est-ce que vous demandez, aujourd'hui ?

"Il faut évidemment reprendre ces tests. C'est de la folie furieuse de suspendre les tests préventifs du personnel en cette période. La Wallonie et la Flandre ont acheté des tests rapides, c'est une excellente décision mais il va falloir à peu près 15 jours, au minimum, avant qu'on puisse les faire. Il faut mettre ça en place de manière opérationnelle car il s'agit de tester toutes les semaines. Donc en attendant, il faut que le Fédéral mette une priorité absolue pour le personnel soignant (au niveau des traditionnels tests PCR), on est dans l'irresponsabilité, ici".

COVID 19 BELGIQUE: où en est l'épidémie ce mardi 27 octobre ?

 




 

Vos commentaires