Les personnes âgées toujours plus sujettes à la maltraitance: qui sont leurs bourreaux?

Une action de sensibilisation est menée aux abords de six supermarchés wallons ce vendredi dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des aînés. Organisée par l'association Respect Seniors, elle vise à attirer l'attention des citoyens sur cette problématique et à rappeler l'existence du numéro vert 0800/30.330, accessible à toute personne qui se sent concernée ou se pose des questions sur le sujet.

Respect Seniors, l'Agence wallonne de lutte contre la maltraitance des personnes âgées, distribue des pin's à l'effigie de l'association entre 11h00 et 19h00, devant des magasins Carrefour à Arlon, Bierges, Froyennes, Gosselies, Herstal et Wépion. En parallèle, des affiches sont par ailleurs accrochées dans les gares et arrêts de bus du sud du pays pendant la seconde quinzaine du mois de juin. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), entre 4% et 6% des plus de 65 ans connaissent des situations de maltraitance. "Ramené à l'échelle de la Région wallonne, cela fait quelque 25.000 à 30.000 aînés qui peuvent se trouver dans cette situation", souligne Dominique Langhendries, directeur de Respect Seniors.


2.074 contacts pour des situations supposées de maltraitance

Selon les statistiques 2017, Respect Seniors a enregistré 2.074 contacts pour des situations supposées de maltraitance. Dans 34% des cas, c'est l'entourage de la personne âgée qui se tourne vers l'agence wallonne, alors que l'aîné fait lui-même les démarches dans 25% des cas. "Les personnes âgées, bien qu'il s'agisse d'un sujet tabou, appellent un peu plus qu'auparavant", pointe Dominique Langhendries.


Lesquels en sont le plus victime?

Le groupe d'âge le plus touché est celui des 80 et plus (23%) et de nombreuses femmes sont décrites comme étant victimes de maltraitance (69%). Quelque 60% des aînés concernés par la problématique vivent à domicile, contre 34% en institution. Les auteurs de maltraitance sont souvent des membres de la famille (51% des cas), notamment les enfants (64%). Quant aux formes de mauvais traitements, il s'agit principalement de maltraitances psychologiques (30%) et financières (20%), auxquelles peuvent s'ajouter des maltraitances civiques (18%), dues à des négligences (17%) ou physiques (14%). En parallèle à l'écoute et l'accompagnement, les intervenants psychosociaux de Respect Seniors animent tout au long de l'année des séances d'information, de sensibilisation et/ou de formation.

Vos commentaires