En ce moment
 
 

Les professeurs décimés par la grippe… ou le burn out: "C'est inadmissible, il y a trop d'absences"

Le phénomène n'est pas nouveau mais il atteint un pic en ce moment: le nombre de professeurs absents dans les écoles touchent de nombreux établissements de l'enseignement libre et officiel.

De nombreux professeurs sont absents ces derniers jours. La grippe y est sans doute pour quelque chose, mais il s'agit d'une cause parmi d'autres. Le burn out représente en effet un tiers des absences pour maladie dans l'enseignement.

Le syndrome d'épuisement professionnel touche toutes les écoles et tous les réseaux. À chaque absence, ce sont des heures de cours qui ne sont pas données et de la matière qui n'est pas vue avec les élèves. Certaines écoles demandent même aux élèves de voir la matière par eux-mêmes.


15% des profs malades dans une école de Tubize

En conséquence, les heures d'étude s'accumulent quand ce ne sont pas des jours entiers que les élèves passent à la maison faute de profs. Notre journaliste Olivier Patzelt s'est rendu à l'IPES, l'Institut provincial d'enseignement secondaire de Tubize, où il manque 18 professeurs sur 120, soit 15% de l'effectif.

L'absence de 18 enseignants perturbe les cours. "Les heures de fourche il n'y a que ça! Les professeurs ne sont jamais là. Y a pas école, on vient pour rien", confie un des élèves. Ceux-ci n'ont pas le choix et doivent s'organiser. "Soit on est licencié, soit on va à l'étude. Si on est licencié on rentre chez nous, et à l'étude on travaille", explique une autre.

À force de perdurer, la situation énerve les parents. "Je trouve ça inadmissible. Une fois c'est le gel, une fois ils sont malades, et puis voilà, il y a trop d'absences", répond Michaele, père d'un élève.


"Est-ce que le parcours scolaire de l'enfant ne va pas être pénalisé?"

De manière plus générale, les associations de parents d'élèves s'inquiètent pour le parcours scolaire des enfants. "Il y a des périodes de l'année où les professeurs sont absents longuement et ne sont pas remplacés parce qu'il n'y a pas de professeurs disponibles pour les matières. Par exemple l'année passée un professeur de mathématiques a été absent dans une école et il n'a pas pu être remplacé pendant plus de trois mois", explique Bernard Hubien, secrétaire général de l'Ufapec, l'Union francophone des associations de parents de l'enseignement catholique. "On sait déjà que dans certaines matières il y a très peu de professeurs. L'inquiétude principale c'est de se demander si le parcours scolaire de l'enfant ne va pas être pénalisé par ces absences de longue durée. Cela se passe surtout en math, dans les langues et en sciences", ajoute-t-il.

En 2015, un peu plus d'un million de jours d'absence ont été comptabilisés pour les 100.000 enseignants de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un tiers des malades le sont pour cause de burn out. Le cabinet ministériel ne dispose pas d'autres chiffres et n'a pas de relevé en temps réel des absences et des écoles impactées.

De son côté, la députée provinciale du Brabant wallon en charge de l'Enseignement déplore la situation et regrette la démotivation des professeurs. Elle souhaite que le décret soit modifié et qu'on assouplisse les règles de remplacement des malades.

 

Vos commentaires