En ce moment
 

Les révélations de Samantha, transgenre: "Des policiers demandent d'enlever votre maquillage pour vérifier que c'est bien vous sur la carte d'identité"

Ce lundi soir, le magazine Images à l'appui revient sur les difficultés rencontrées par les personnes transgenres lorsqu'elles tentent de changer les données de leur carte d'identité. Depuis le 1er janvier, il n'est plus nécessaire d'avoir l'avis d'un médecin pour changer officiellement de sexe sur les papiers d'identité. Il suffit désormais d'une déclaration sur l'honneur.

"La précédente loi voulait que ces personnes soient reconnues comme malades mentaux par un psychiatre, ce qui était déjà une première condition extrêmement problématique. Ces personnes devaient être stérilisées et sous traitement hormonal. Il y avait des conditions très difficiles. La nouvelle loi est basée sur le principe d'autodétermination. On considère que les personnes transgenres peuvent décider leur identité de genre", explique un expert.

Mais en mars, Arc-en-ciel Wallonie, RainbowHouse Brussels et çavaria, les trois coupoles régionales LGBTI+, et l'association Genres Plusieurs, dénonçaient le non-respect par la police de la loi facilitant la procédure administrative pour changer de sexe. Plusieurs personnes transgenres ont en effet été soumises à des questions intimes et intrusives par les services de police à la suite de leur première déclaration de modification de "l'enregistrement du sexe", précisent les associations.

Samantha s'identifie comme une femme, mais pour l'état-civil elle s'appelle encore Christophe et la lettre M renvoie toujours à son identité masculine, ce qui est loin d'être un détail.

"Quand vous donnez votre carte d'identité, la première chose qu'on vous dit, c'est vous vous êtes trompé ca doit être celle de votre frère. Vous pouvez avoir des policiers qui vous demandent d'enlever votre maquillage pour qu'on puisse bien vérifier que c'est bien vous sur la carte d'identité. Quand on va dans les toilettes qui nous correspondent, on peut avoir des réflexions très agressives de personnes qui estiment qu'on s'est trompé d'endroit et qu'on devrait aller dans les autres toilettes", a confié Samantha.

Retrouvez l'entièreté du magazine "Images à l'appui" ce soir à 19h45 sur RTL-TVI.

Vos commentaires