En ce moment
 
 

Les voitures d'Audi à Bruxelles seront bientôt peintes grâce aux...eaux usées

 
 

Dans quelques mois, l'usine d'Audi à Bruxelles utilisera les eaux usées de la capitale pour peindre ses voitures. 100.000 mètres cubes d'eau potable pourraient ainsi être économisés chaque année.

Pour peindre ses voitures, l'usine Audi à Bruxelles utilise énormément d'eau. Pour un traitement anti-rouille, l'habitacle du véhicule est trempé une première fois dans un mélange d'eau et de pigments. "Ça représente à peu près 60% de la consommation d'eau de toute l'usine. On consomme environ 200m3 d'eau par jour", explique Koen Muylaert, responsable du bâtiment. 

Pour l'instant, le trempage et le lavage des voitures en fin de cycle sont réalisés à l'aide d'eau potable. Cela va changer. D'ici la fin de l'année, l'eau à usage industriel proviendra de la station d'épuration située à quelques centaines de mètres du site de production. "Nous allons tester l'eau. Peu importe la qualité que nous recevons, nous avons tout ce qu'il faut pour la filtrer afin qu'elle soit parfaitement intégrée dans notre processus", assure Marcko Klaus, responsable peinture.

Avant d'arriver dans l'usine, l'eau usée, récoltée dans les égouts bruxellois, subit plusieurs phases de dépollution dans une station d'épuration. "L'eau que nous avons traitée ici répond aux plus grands standards en matière de qualité. Et donc, Audi reçoit une eau parfaitement pure mais qui n'est pas une eau potable", souligne Damien De Keyser, directeur général d'Hydria - opérateur de traitement des eaux à Bruxelles. 

On doit être économe en eau

Audi prévoit d'utiliser 100.000 m3 d'eau, soit l'équivalent de 40 piscines olympiques d'eau potable économisée. "Avec le réchauffement climatique, un pays comme la Belgique est de plus en plus sous stress hydrique. Nos niveaux de nappes phréatiques sont parfois trop bas. On doit aussi être économe en eau et utiliser l'eau potable de manière la plus parcimonieuse possible", affirme Alain Maron, ministre bruxellois de l'Environnement et de l'Action sociale. 

La station d'épuration sud de Bruxelles traite l'équivalent d'une piscine olympique toutes les heures. Il s'agit d'eau pure, moins chère que de l'eau potable et qui est principalement rejetée dans les cours d'eau. Les gestionnaires de la station espèrent bientôt pouvoir en rediriger une partie vers d'autres acteurs industriels bruxellois. 


 

Vos commentaires