En ce moment
 
 

Les vols de câble sur le rail, un véritable fléau: qu’est-ce qui attire les voleurs en Wallonie?

Les vols de câble ont explosé cet été en région liégeoise. Il y en a un chaque nuit. Infrabel et la police ont pris des mesures pour lutter contre ces vols, sans succès. Mais est-ce que les pays limitrophes subissent le même fléau?

Les jours se suivent et se ressemblent pour Saïd et son équipe. "Ils tiennent un carnet et savent où ils peuvent trouver du cuivre. De manière aléatoire, ils se rendent sur différents lieux. Ils sont bien organisés et prennent des tronçons de 200 à 300 mètres", explique Saïd Belkas, un responsable de l’entretien des voies chez Infrabel.

Dans la région liégeoise, c’est le 26e vol ces dernières semaines. L’an dernier, 315 vols ont été recensés en Belgique. 94 ont perturbés le trafic rien que ces 6 derniers mois. Drones, housses de protection pour les câbles, Infrabel essaye de lutter contre ce fléau.

"On cherche par tous les moyens d’endiguer cette criminalité, au bénéfice des usagers du train. Un jour viendra où ce sera le vol de trop et une ligne sera paralysée. On est sur une ligne internationale donc on cherche toutes les solutions. L’aluminium en est une et la surveillance à l’aide de drones est une expérience qu’on continue d’explorer mais il faut que la législation évolue pour nous permettre de le faire", explique Frédéric Sacré, le porte-parole d’Infrabel.

La Belgique n’est pas seule, tous les pays limitrophes sont aussi victimes de ces vols de câble. Les cas recensés aux Pays-Bas et en Allemagne ont considérablement diminué. Ce n’est pas le cas en France. L’Hexagone a d’ailleurs pris une série de mesures l’an dernier pour prévenir ces actes de malveillance. Une équipe de 50 personnes est chargée de surveiller le réseau ferroviaire en permanence.


"Les régions de Charleroi et de Liège sont concernées"

Qu’est-ce qui attire les voleurs chez nous ? "Les régions de Charleroi et de Liège sont concernées. Le dénominateur commun, c’est sans doute la présence des axes routiers, ce qui permet aux voleurs de fuir. En ce qui concerne Liège, la proximité des Pays-Bas et de l’Allemagne joue clairement un rôle. On l’a vu l’année dernière lors de la vague d’interpellations. On avait trouvé plus de 20 tonnes de cuivre qui était stockées de l’autre côté de la frontière, côté néerlandais", précise Frédéric Sacré.

Chez nous, près de 2 vols sur 3 sont commis en Wallonie.

Vos commentaires