En ce moment
 
 

Limiter les visites après un accouchement: une mesure liée au coronavirus que les maternités et jeunes mamans veulent conserver

Limiter les visites après un accouchement: une mesure liée au coronavirus que les maternités et jeunes mamans veulent conserver
©BELGA
 

Le coronavirus a bousculé nos habitudes de vie, c'est particulièrement vrai dans les hôpitaux où les pratiques ont considérablement changé. Par exemple, lors des accouchements: seul le papa était admis. Aujourd'hui, les maternités réfléchissent sérieusement à l'idée de restreindre durablement les visites. Par exemple, à 4 personnes maximum, quelques heures par jour. L'expérience a en effet montré que limiter les visites présente des avantages aussi bien pour le personnel soignant que pour les parents.

Côme est né en plein Covid, le 23 mars dernier. Premier enfant de Morgane, 32 ans, qui a bien vécu l'absence de visites à la maternité. Les douleurs post-accouchement étaient atroces. "J'ai eu un retour de contractions assez violent. Je ne savais plus tenir debout, j'avais de grosses chutes de tensions. On a des pertes de sang qui sont hyper abondantes", décrit la jeune maman.

Des moments qu'elle n'aurait pas voulu partager avec ses proches, même s'ils étaient aussi remplis de joie : "On était dans une bulle d'amour, unique, à nous 3".

Elle regrette seulement que sa maman n'ait pas pu venir. Même frustration pour Naomi, qui n'a pas pu présenter Manu à son grand frère car seul le papa était autorisé dans la chambre. Mais Naomi a pu récupérer plus vite.

"Prendre le temps de me reposer et de récupérer de l'accouchement sans me soucier de l'heure des visites. Je pense plus particulièrement à l'allaitement, et pour le bien-être du bébé", explique-t-elle.

Elle a également constaté les bienfaits de cette limitation dans les soins apportés par le personnel soignant. "Par rapport à notre premier enfant, on a senti le personnel beaucoup plus disponible, beaucoup plus présent et qui prenait beaucoup plus de temps pour les soins", ajoute Naomi.

 

Vos commentaires