En ce moment
 

Les Verts veulent faire voter la loi climat au plus vite: "Côté francophone, ça semble être en bonne voie"

Les jeunes crient à l'urgence climatique, les universitaires proposent un texte clef sur porte, Ecolo et Groen le reprennent. Ils déposent ce projet de loi au Parlement et veulent effectivement le faire voter en urgence. Une annonce faite par le co-président d'écolo, Jean Marc Nollet, sur le plateau de l'émission ‘C'est pas tous les jours dimanche’ hier sur RTL TVI.

Antonio Solimando, journaliste politique, est intervenu à ce propos dans le RTLINFO 13h. La loi climat, c'est "une série d'articles prêts à l'emploi, prêts à être votés, qui ont été produits par une dizaine d'universitaires de quatre universités différentes (Saint-Louis, UCL, Gand et Hasselt), à la fois du nord et du sud du pays, explique-t-il. Dans ce texte, on retrouve d'abord des objectifs climatiques rehaussés, des objectifs plus ambitieux pour la Belgique avec, par exemple, une baisse préconisée de 65% de nos émissions de gaz à effet de serre d'ici une grosse dizaine d'années." La loi force aussi les gouvernements à tenir compte de l'impact écologique, dans chaque réforme ou à ménager les familles moins fortunées, dans sa politique d'environnement.

"Et puis, il y a aussi une refonte de la façon dont on prend les décisions en matière de climat en Belgique. Nous avons 4 ministres en charge de l'Environnement, avec parfois un peu de cacophonie. Ces universitaires préconisent donc de meilleures décisions, avec une Agence nationale pour le climat, des experts climatiques qui sont associés à ces décisions et aussi les citoyens et les entreprises parce qu'au final, ce sont eux qui vont devoir faire les sacrifices climatiques."

Les autres partis vont-ils suivre ?

Côté francophone, on devrait facilement atteindre la majorité nécessaire à la Chambre. Outre les écologistes, DéFI a déjà fait savoir, par communiqué, qu'il emboîtait le pas. Tout comme les chefs de groupe du cdH, Catherine Fonck, et du PS, Ahmed Laaouej. Le MR a également annoncé son intention de tirer dans le même sens. 

La loi climat est une loi spéciale. Il faut donc convaincre non seulement, les deux tiers des députés à la Chambre, mais également une majorité dans chaque groupe linguistique: le francophone et le néerlandophone. Et c'est là que le bât blesse. Avec sa trentaine de députés, la N-VA est quasi incontournable. Quasi car compte tenu de l'intention des partis francophones d'apporter leur soutien à cette loi, la N-VA ne semble plus pouvoir être en mesure de freiner son existence. "Côté francophone, ça semble en bonne voie. Côte néerlandophone, le débat ne vit pas encore tout à fait", ajoute Antonio Solimando sur le plateau du RTL INFO 13h.

Les scientifiques brandissent régulièrement l'urgence à agir pour le climat. Cela dit, les écologistes pourraient plus facilement faire voter cette loi après les élections. S'ils obtiennent un succès, comme semble leur prédire plusieurs sondages.

Si cette loi pouvait passer lors de la prochaine législature, pourquoi vouloir absolument la faire voter maintenant?

Deux bénéfices pour Ecolo. D'abord, avec cette loi climat, les Verts maintiennent le sujet climatique en haut de l'actualité encore au moins une semaine. Or plus on parle d'écologie dans la campagne, plus Ecolo et Groen espèrent engranger des voix. Ensuite, cela force les différents partis à la Chambre à se positionner. Il sera plus facile, ensuite, durant le reste de la campagne pour Ecolo de pointer du doigt leurs adversaires qui n'ont pas adhéré à cette loi climat.

Vos commentaires