En ce moment
 
 

Louer ses vêtements, est-ce vraiment plus respectueux de l’environnement que de les acheter?

Louer ses vêtements, est-ce vraiment plus respectueux de l’environnement que de les acheter?
©Pixabay markusspiske
 
 

La location de vêtements est devenue une option de shopping à la mode, il y a quelques années. Cela fait aussi partie d’une tendance lourde de consommation : payer pour l’usage et plus pour l’objet, ne plus être propriétaire mais simplement payer par utilisation, par jour, par mois. Vous pouvez le faire avec votre voiture, votre lave-vaisselle, des outils, votre matelas, …

Pourquoi louer des vêtements ?

D’abord pour le choix. Je veux changer régulièrement et donc je ne veux pas investir dans des objets que je vais revendre rapidement avec une forte décote. Dans les vêtements, l’exemple par excellence ce sont les robes de soirée.
Mais il n’y a pas que ça. Beaucoup de gens sont sincèrement convaincu que la fast fashion, c’est-à-dire les vêtements bon marché que l’on jette très rapidement, n’était tout simplement plus acceptable en termes environnementaux. Et les chiffres leur donnent raison. En 20 ans, on a presque doublé ses achats de vêtements, on en jetterait donc 15 kilos par an en Belgique. Louer ses vêtements serait plus écologique.

Mais est-ce validé scientifiquement ?

C’est en tous cas contesté récemment par une étude finlandaise. Celle-ci a analysé les modes de consommation pour une paire de jeans en imaginant et comparant 5 scénarios. Et les conclusions classent la location et le partage comme les scénarios les plus négativement impactant pour l’environnement.
Nettoyage, emballage et livraison en sont les principaux responsables. En pratique, la location nécessite énormément de transports pour emporter et rapporter les vêtements entre l'entrepôt et les points de vente.

Est-ce une solution d’avenir ?

Cela peut l’être. Tout dépend de la manière dont l’entreprise de location l’envisage. La startup bruxelloise Jukebox par exemple s’est attachée à façonner son modèle pour limiter l’impact du nettoyage, de la récupération des vêtements et de la logistique en général sur l’environnement. Le tout coulé dans une charte éthique qui prévoit aussi le recyclage en fin de vie. Bref, ce n’est pas le modèle qui est à rejeter, mais la manière dont il est conçu pour délivrer pleinement ses bénéfices pour l’environnement.

A noter qu’il y a de plus en plus de boutiques ou sociétés, actives dans la location de vêtements. Citons aussi le magasin Coucou qui propose des robes et accessoires de soirée à louer.


 




 

Vos commentaires