En ce moment
 
 

Maisons de repos: nouveau durcissement des mesures

 
CORONAVIRUS
 

Les maisons de repos durcissent le ton et renforcent leurs mesures : elles ne peuvent plus attendre. La situation sanitaire dans les homes est inquiétante. En Flandre par exemple, le nombre de nouvelles infections a fortement augmenté ces dernières semaines, et les décès ont doublé en une semaine.

La fédération des maisons de repos veut donc agir maintenant pour éviter une situation similaire au printemps dernier.  

L'une des mesures de précaution décidée hier soir : les visites sont de nouveau limitées. "On limite à 2 personnes qui peuvent venir voir le résident pendant 15 jours avec une possibilité de changer ces personnes pendant les 15 jours qui suivent", explique Vincent Frédéricq, secrétaire général de Femarbel, la fédération des maisons de repos.

Pas plus de deux personnes, donc, pour aller voir un proche. Et plus que jamais, il faut bien garder son masque tout le temps et garder ses distances.

"Même si ça peut être mal vécu par certaines personnes, on est dans une situation dans le pays qui est grave et il faut être prudent", ajoute Vincent Frédéricq.

Mais en même temps, le personnel de ces maisons de repos ne sera plus testé préventivement. Depuis début août, tous les mois, ces travailleurs étaient dépistés pour éviter que le Covid ne rentre à nouveau dans les homes, mais cette mesure préventive s'arrête.

"C'est évidemment extrêmement regrettable. C'est l'éternel discours du manque de tests disponibles. On ne va pas chercher les responsabilités, bien qu'elles se situent plus ou moins au fédéral. Il faut qu'on passe rapidement à des alternatives comme les tests rapides te les tests salivaires. Sinon, on va continuer à prendre des risques pour le personnel, les résidents et les patients des hôpitaux d'ailleurs aussi", prévient encore Vincent Frédéricq.

Dès ce matin, tous les tests préventifs qui étaient prévus pour le personnel sont annulés. Quant aux visites, elles seront restreintes petit à petit dans les jours à venir, le temps de laisser les maisons de repos s'organiser.

"Pour l'instant ça va"

La situation sanitaire dans les maisons de repos s'aggrave assez rapidement, comme en témoigne le président des CPAS de Namur Philippe Noël, où les visites à domicile ont déjà été arrêtée.  

"Les choses se sont dégradées très rapidement depuis une dizaine de jours et nous avons pris la disposition d'arrêter les visites à domicile dès vendredi dernier parce qu'on voyait bien que les choses commençaient à se dégrader de manière très forte à l'extérieur des maisons. Alors paradoxalement, en tout cas au niveau des résidents, les tests positifs qu'on reçoit, il y en a quelques-uns, ils sont asymptomatiques. Et donc, c'est plutôt un bon signe pour nous. Pour l'instant ça va, et on espère qu'on n'arrivera pas à la situation telle qu'on l'a connue durant les mois difficiles d'avril-mai où les gens étaient confinés dans leur chambre. Ils restent en circulation. La situation est quand même fort différente dans le sens où on est beaucoup plus protégés de manière générale. Donc, les gestes sont connus des services soignants, les équipements sont présents et disponibles et on essaie d'éviter de se retrouver en situation d'un confinement extrême comme au mois d'avril ou au mois de mai".

 




 

Vos commentaires