En ce moment
 
 

Marc Goblet a prononcé son dernier discours en tant que secrétaire général de la FGTB

Après avoir rendu un hommage poignant à André Mordant, son ancien président récemment décédé, le congrès fédéral extraordinaire de la FGTB a officiellement désigné ce vendredi Robert Vertenueil, qui était jusqu'à présent à la tête de la Centrale générale, au poste de secrétaire général du syndicat socialiste, en remplacement de Marc Goblet, contraint de renoncer à ses fonctions pour raison de santé.


Les dernières paroles de Marc Goblet en tant que secrétaire général

"Quand il n'y aura plus de FGTB en tant que réel contre-pouvoir, il n'y aura plus de démocratie", a affirmé Marc Goblet vendredi, dans son dernier discours en tant que secrétaire général du syndicat socialiste. "Le secrétariat général n'avait jamais fait partie de mes ambitions", a rappelé un Marc Goblet, visiblement ému après l'hommage rendu par le président de la FGTB, Rudi De Leeuw. Ce dernier a notamment salué un "homme qui parle sans détours et qui a su faire entendre sa voix de l'autre côté de la frontière linguistique".

Elu au secrétariat général en octobre 2014, Marc Goblet est notamment revenu sur les grands combats syndicaux de ces dernières années, évoquant les avancées engrangées mais aussi les échecs, dont celui de ne pas avoir réussi à éviter le saut d'index. "On nous l'a reproché et je le comprends. Une grève n'a toutefois jamais été gagnée d'un coup", a-t-il estimé. "Nous sommes historiquement socialistes", a poursuivi l'ancien numéro 2 de la FGTB. "Mais si des relais politiques sont nécessaires pour nous faire entendre, nous devons préserver notre indépendance syndicale et chercher des alternatives de gauche à opposer aux politiques de droite actuellement menées", a ajouté Marc Goblet. "Tous les progressistes doivent chercher ce qui les rassemble plutôt que ce qui les divise. Et de notre côté, nous devons veiller à préserver une FGTB unie et forte", a-t-il encore déclaré avant de remercier ses proches, les travailleurs et les militants FGTB pour la confiance accordée. "Je souhaite qu'ils accordent cette même confiance à mon successeur et je lui souhaite plein succès", a-t-il conclu sous les applaudissements de la salle.


Brève biographie de Robert Vertenueil

Né en mai 1965 à Bruxelles d'une mère allemande et d'un père borain, Robert Vertenueil a grandi à Quaregnon, une commune restée dans l'histoire pour sa Charte, qui a posé les fondations du Parti ouvrier belge, l'ancêtre du PS. Après avoir suivi une formation de technicien en construction, il entame sa carrière en 1987, au sein des Mutualités socialistes du Brabant wallon. En 1994, l'homme est élu conseiller communal PS à Nivelles, un poste qu'il occupe jusqu'en décembre 2012. Il entre ensuite à la Centrale générale où il est successivement permanent syndical en 2002, secrétaire régional du Brabant wallon en 2006, secrétaire fédéral en charge de la construction en 2008 et enfin secrétaire général en 2015. Unique candidat à la succession de Marc Goblet, il reçoit le soutien unanime, en février dernier, des interrégionales wallonne et bruxelloise, sésame indispensable à sa nomination officielle. Robert Vertenueil est marié et père de deux enfants.

 

Vos commentaires