En ce moment
 
 

Mauvaise qualité de l'air en Belgique: quel est le meilleur moyen de transport pour préserver ses poumons?

Les concentrations de particules fines sont à nouveau élevées mardi, a annoncé la Cellule interrégionale de l'Environnement (CELINE).

Les concentrations sont en moyenne les plus élevées autour d'Anvers et semblent légèrement meilleures en Sambre et Meuse, explique le responsable de la cellule, Frans Fierens.

L'indice 10 a été atteint lundi en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie. Il s'agit d'un indice de qualité de l'air basé sur les effets sur la santé, l'indice 1 étant "excellent" et l'indice 10 "exécrable". Ces hautes concentrations sont dues à la formation "d'aérosols secondaires inorganiques".

Comment circuler ?

En temps normal, les automobilistes sont jusqu'à deux fois plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons ou les cyclistes. Mais un jour de pic comme ce mardi, Bruxelles-Environnement recommande également d'éviter le vélo.

"Le vélo, c'est mauvais, toutes les activités physiques sont déconseillées. Car on respire plus d'air, nos poumons ont besoin de plus d'air car l'air est de mauvaise qualité", a expliqué Pauline Lorbat, porte-parole. On respire donc plus de particules fines. L'exposition dépend cependant de l'itinéraire et de la durée du trajet.

Mais l'endroit où les concentrations sont les plus basses, c'est dans les transports en commun.

A l'opposé, l'automobiliste, un jour comme aujourd'hui, reste celui qui prend le plus de risques. "Les particules fines passent dans l'habitacle d'une voiture, et y restent", sans être suffisamment ventilées.

Conclusion: mieux vaut être piéton ou dans un métro/tram/bus.

Vos commentaires