En ce moment
 
 

Michel Daerden franc-maçon: qu'est-ce que ça veut dire?

 
 

À la suite du décès de Michel Daerden, un aspect rarement évoqué de sa personne a refait surface: son appartenance à la Franc-maçonnerie. Mais au juste, c’est quoi, la Franc-maçonnnerie?

Mouvement philosophique, complot anti-chrétien, église satanique,… les idées reçues circulant autour de la Franc-maçonnerie ne manquent pas. Pour vous, RTLinfo.be fait le point.

La Franc-maçonnerie, c’est quoi?

Selon le dictionnaire Larousse, la définition du mouvement est assez limitée, inversément proportionnelle au mystère qui l’entoure: "Société mondiale fermée, dont les membres, ou frères, qui se reconnaissent à des signes, en possèdent seuls les secrets sous serment. (Un groupe de maçons forme une loge, un groupement de loges forme une obédience). Organisation à l'intérieur de laquelle se manifeste une solidarité agissante entre ses membres."

Plus précisément, la Franc-maçonnerie est une fraternité religieuse de maçons, née en Angleterre au 17ème siècle, composée de plusieurs sociétés discrètes, voire secrètes. Cette fraternité se veut universaliste, c’est-à-dire qu’elle opère pour le progrès de l’humanité dans son entièreté. Ses objectifs sont éthiques et humanistes, prônant la solidarité et la fraternité universelle; c’est pourquoi le mouvement se décrit comme philosophique, et non religieux. Actuellement, les francs-maçons seraient près de 6 millions, dont deux-tiers aux Etats-Unis et 20.000 en Belgique. Michel Daerden était l'un de ceux-ci.

La Franc-maçonnerie, d’où ça vient?

Le nom de la Franc-maçonnerie et ses usages traditionnels remontent aux corporations anglaises du 17ème siècle. Le mouvement s’est implanté dans l’actuel territoire belge -Pays-Bas autrichiens et Principauté de Liège- dans la première moitié du 18ème siècle et y a toujours été traversé par des courants divergents, plus ou moins modernistes, concernant notamment les questions sociales et religieuses. En Belgique, contrairement au reste du monde, la Franc-maçonnerie dite irrégulière est dominante, c'est-à-dire qu'elle ne fait aucune référence à Dieu dans ses textes, dont l'existence est à l'inverse le fondement de la Franc-maçonnerie dite régulière. 

Selon le site belge de la Franc-maçonnerie, elle "se base sur le symbolisme de la construction, dont elle a adopté le langage, elle a un caractère essentiellement initiatique, c'est-à-dire une capacité à transformer et à améliorer l'être humain et elle permet discrètement, dans le respect du rythme de chacun, d'approcher de la connaissance, d'apprendre à apprendre, d'apprendre à ressentir, d'apprendre à partager, d'apprendre à écouter. N'étant ni église, ni école, la Franc-maçonnerie ne souscrit à aucune doctrine, ni à aucun dogme. Elle prône la tolérance et contribue à la grandeur de l'homme, dont l'aventure la plus héroïque est de devenir un homme."

La Franc-maçonnerie, comment ça fonctionne?

La Franc-maçonnerie est organisée en obédiences et en loges, où une obédience fédère plusieurs loges. Les loges, elles, regroupent au minimum sept frères, nom que les membres se donnent entre eux, selon une appartenance régionale ou corporatiste. Les frères se réunissent dans des temples, maximum deux fois par mois entre septembre et juin, le soir et pour une durée de trois heures, afin d’y discuter de sujet les concernant.

Les obédiences et les loges sont fortement structurées et hiérarchisées, codées par de nombreux rites: les tenues, réunions rituelles, sont par exemple conduites selon des codes de prise de parole, d'écoute et de silence, accompagnés de phrases rituelles. De même, les francs-maçons possèdent leur vocabulaire propre: par exemple, "il pleut" désigne la présence d'un non-initié. D'autre part, avant de prétendre au titre de franc-maçon, le candidat sera soumis à un rite initiatique très pointilleux.

 

La Franc-maçonnerie, comment l’intègre-t-on ?

Si vous désirez intégrer le mouvement, vous pouvez théoriquement vous présenter spontanément. Cependant, dans la pratique, c’est un membre de l’organisation qui proposera votre nom. Dans les deux cas, le candidat doit être majeur, avoir un casier judiciaire vierge et être nourri d’une réelle volonté de se remettre en question.

Une fois que vous avez postulé ou avez été invité à joindre le mouvement, trois enquêteurs se présenteront à vous pour une discussion préalable à votre première entrée dans le temple, où vous serez introduit les yeux bandés. Les frères présents, réunis en loges, vous feront passer un examen permettant de juger vos motivations, votre esprit philosophie, ou encore votre sensibilité à l’actualité mondiale. Vous serez ensuite reconduit vers l’extérieur, pendant que les frères procéderont selon votre prestation au vote via des boules, noires ou blanches selon la décision de chaque frère. Une boule noire implique un rejet, le candidat étant "blackboulé", ce qui selon certains francs-maçons est une chose rare.

Le moment le plus important pour les francs-maçons est ce qu'ils appellent l’initiation. Introduits dans le temple les yeux bandés, les nouveaux arrivants sont soumis à un rite dont la mise en scène varie selon les loges ou ateliers. Ce rite commence par un enfermement dans un "cabinet de réflexion" où sera rédigé leur "testament philosophique". C'est uniquement à la suite de cette cérémonie que le nouveau membre pourra ôter son bandeau et découvrir le temple. Il sera dès lors "apprenti", ne pouvant pas prendre la parole durant les réunions, avant de devenir compagnon, puis maitre.

La Franc-maçonnerie, qu’est-ce qu’on y fait ?

Les francs-maçons refont le monde dans un contexte très réglementé, par le biais de discussions et rituels, censés induire une meilleure écoute et favoriser l’expression de la pensée en rendant celles-ci plus analytiques.

Ainsi, la Franc-maçonnerie propose à ses membres une acquisition de la connaissance, un développement de la culture afin de faire progresser le monde au-delà de leur propre personne, via leur travail ou leurs actions. Souvent néanmoins, au-delà des valeurs humanistes et égalitaires qu'elle prône, elle permet aux initiés de s’ouvrir les portes leurs étant fermées, grâce aux relations étroites de réseau que ceux-ci entretiennent, solidaires et généralement dotés d’un statut social confortable.

 


 

Vos commentaires