Moins de camions sur les routes et moins de CO2 dans l'air: voici les avantages du transport fluvial

Dans le même temps, le transport fluvial a de plus en plus de succès... Exemple: le port de Bruxelles... Son activité a augmenté de 7% en un an... Ce sont 7 millions de tonnes de marchandises qui ont transité par la capitale en bateau cette année. Qu'est-ce qui explique ce succès? Sébastien Rosenfeld et Michel Herinckx.

Le terminal à conteneurs du port de Bruxelles est en pleine progression. L’activité a doublé en deux ans avec la manutention de 30 000 conteneurs. Face aux problèmes de circulation, la voie fluviale devient de plus en plus une solution. Le transport de marchandises sur le canal de Bruxelles progresse de 7% en un an, soit près de 7 millions de tonnes transportées. Les autorités envisagent désormais l’extension de certaines infrastructures. "On a une ligne régulière entre Bruxelles et Anvers, on a des navires trois fois par semaine. On évite de mettre des camions sur l’autoroute" précise Kobe Govaerts, directeur du terminal à conteneur du port de Bruxelles.


Le plus transporté? Des matériaux de construction

25 ans après sa création, les installations du port de Bruxelles arrivent à maturité. Avec ses quatorze kilomètres de voies d’eau et ses six kilomètres de quai utiles. L’activité portuaire se réparti entre les matériaux de construction qui dominent (58,9%) puis les produits pétroliers (23,7%) et les conteneurs (7,7%).

La progression des déchargements et chargements, grâce aux péniches, a un véritable impact environnemental. "On arrive à convaincre de plus en plus nos entreprises portuaires à utiliser la voie d’eau. C’est tout profit pour la région de Bruxelles-Capitale parce que ça fait grosso modo 2000 camions en moins, par jour, dans les rues et ce faisant, une économie de 100 000 tonnes de CO2 sur l’année 2017" ajoute le directeur général adjoint du port de Bruxelles, Philippe Matthis.


Des bénéfices en termes de mobilité et pour l'environnement

Exemple de nouveau partenariat : ce chantier qui utilise la voie fluviale pour évacuer les terres excavées. Des terres qui constituent aussi un important revenu. Les promoteurs intègrent de plus en plus ce mode d’évacuation des déchets.

Le port de Bruxelles poursuit sa mutation avec l’inauguration en mars prochain d’un village de la construction avec 30 000 tonnes de matériaux transbordées par an.

Vos commentaires