En ce moment
 
 

Nouveauté en cas de harcèlement au travail: jusqu'à 6 mois de salaire brut pour les victimes

 
 

La loi sur le harcèlement au travail a été précisée et étendue. Les indemnités accordées aux victimes ont été fixées à 3 mois de salaire brut, 6 en cas de faits très graves, d’abus de position de force ou de discrimination. Le champ de la loi est aussi étendu: les entreprises pourront être tenues responsables du stress, des tensions relationnelles graves et des cas de burn-out, si la société n’a pas mis de dispositif de prévention en place.

Le harcèlement au travail, un problème qui a pris ces dernières années de l'ampleur. Les victimes hésitent de moins en moins à en parler et à se défendre. Chez nous, la Chambre vient d'approuver un nouveau projet de loi en la matière. Désormais les victimes de harcèlement au travail pourront obtenir une indemnité équivalente à 3 mois de salaire brut et 6 mois "en cas de discrimination, d'abus de position de force ou de faits très graves".

"Une reconnaissance"

Autre nouveauté et pas des moindres, le stress, les tensions relationnelles graves, le burn-out pourront aussi être considérés comme du harcèlement au travail et donc tomber sous le champ d'application de la loi.
Patrick Mesters, directeur de l’Institut européen pour l’intervention et la recherche sur le burn-out, a réagi depuis Paris au micro de Bernard Lobet pour Bel RTL: " Ce genre de loi a son intérêt dans la mesure où elle augmente le niveau de conscience de tous les acteurs qui interfèrent avec le milieu du travail. Ce genre de loi est une reconnaissance en soi de certaines souffrances qui sont extrêmement importantes chez les gens qui souffrent réellement de burnout. Ça va obliger tous les acteurs, et notamment les médecins à être précis et vigilants."


 

Vos commentaires