En ce moment
 
 

On manque de familles d'accueil: près de 4.000 enfants attendent un foyer en Belgique

Près de 4000 enfants sont en attente de familles d'accueil en Fédération Wallonie-Bruxelles. Cet engagement parfois très lourd n'est pas toujours suffisamment soutenu par l'administration. Un décret devrait donc bientôt améliorer leur encadrement.

Maud a aujourd'hui quatre enfants: deux enfants qu'elle a eus avec son mari et deux garçons de 6 et 8 ans qu'ils accueillent depuis 5 ans maintenant. Un bonheur que la complexité administrative de leur situation et le manque de reconnaissance vient parfois gâcher:

"Pour partir à l'étranger, il faut une autorisation. Cela devient très vite compliqué s'il faut toujours avoir l'accord des parents biologiques parce qu'on ne sait parfois pas où les joindre. Cela complexifie le quotidien, et il y a plein de détails administratifs comme cela", témoigne Maud Stiernet, présidente de l'ASBL "La Porte ouverte".


Des difficultés qui ne sont pas vécues en Flandre

Autorisations des parents biologiques, absence de congés parentaux pour les familles d'accueil … Autant de tracas que ces familles voudraient ne plus subir. Les responsables politiques sont bien conscients de ces difficultés qui ne sont pas vécues en Flandre où l'on privilégie l'accueil en famille plutôt qu'en institution.

En communauté française, un décret est en préparation pour faire évoluer le statut de ces deuxièmes parents.


"Cela inciterait plus volontiers les familles à s'engager"

Parmi les principales améliorations en vue, "le raccourcissement du délai de sélection des familles ou encore la création d'un statut de la famille d'accueil qui permettrait aux parents d'avoir un congé parental", précise Albert Mulas, chef de cabinet adjoint de la cellule d'aide à la jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il l'assure: "Ce sont des choses qui inciteraient plus volontiers les familles à s'engager".


"Il y a plein de possibilités très positives"

En Fédération Wallonie-Bruxelles, il manquerait plus d'une centaine de parents d'accueil pour les enfants qui attendent en institution d'être élevés au sein d'une seconde famille. Un projet dans lequel Maud et son mari se sont engagés sans regret: "Il y a plein de possibilités très positives. Il y a de très belles histoires de coparentalité, des fratries qui s'entendent bien… Il y a aussi une entraide au niveau social."

Certains problèmes rencontrés par ces parents d'accueil, tant en Flandre qu'en Wallonie ou à Bruxelles doivent se régler également au niveau fédéral.

Actuellement 3.500 enfants sont placés en famille d'accueil en Fédération Wallonie-Bruxelles sur les 7.500 enfants qui ne peuvent plus être hébergés chez leurs parents.

Vos commentaires