En ce moment
 
 

Origines du coronavirus: l'épidémiologiste Yves Coppieters explique ce que les experts vont devoir rechercher en Chine

 
CORONAVIRUS
 

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a assuré lundi que sa mission d'enquête sur les origines de la pandémie, attendue cette semaine en Chine, n'avait pas pour but de trouver "un coupable".

"Il s'agit de comprendre les origines de la pandémie, non de trouver un responsable", a déclaré le directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, Michael Ryan. "Il s'agit de trouver les réponses scientifiques au face-à-face entre l'homme et l'animal", a-t-il ajouté. "C'est une nécessité absolue". "Ce sont des réponses que nous cherchons, non des coupables ou des accusés", a-t-il fait valoir. Les très attendus enquêteurs de l'OMS chargés de se pencher sur l'origine du coronavirus arriveront enfin en Chine cette semaine, a annoncé Pékin lundi, un an après le signalement du premier mort dans ce pays.

Une visite ultra-sensible 

La visite de ces 10 experts de l'OMS est ultra-sensible pour le régime chinois, soucieux d'écarter toute responsabilité dans l'épidémie qui a fait plus de 1,9 million de morts dans le monde, alors qu'elle est pratiquement éradiquée en Chine. Dans un communiqué, le ministère chinois de la Santé a annoncé que la visite des experts démarrerait jeudi, une semaine après le report du voyage prévu mercredi dernier. Le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait très inhabituellement laissé percer son agacement à l'endroit de Pékin, se disant "très déçu" par ce report. La mission est composée de dix scientifiques (Danemark, Royaume-Uni, Pays-Bas, Australie, Russie, Vietnam, Allemagne, Etats-Unis, Qatar et Japon) reconnus dans leurs différents domaines de compétence. Ils devraient se rendre à Wuhan, première ville du monde placée en quarantaine le 23 janvier dernier.

Dans le RTL INFO 19H, le docteur Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur de santé publique à l'ULB, s'est également exprimé sur les objectifs de la visite de l'équipe de l'OMS. Il a répondu aux questions de Caroline Fontenoy.

Caroline Fontenoy: Un an que ce virus a été décelé en Chine, peut-être plus, et toujours pas de certitude sur l'origine du virus... Comment l'expliquer?

Yves Coppieters: "Car l'enquête épidémiologique, qui permettra de comprendre d'où vient le virus, n'a pas encore été faite. On sait potentiellement que c'est la chauve-souris qui est l'hôte principal et initial du virus. Il y a ensuite eu des intermédiaires animaux. On a parlé du pangolin, mais ça ne s'avère pas juste. Il y a sans doute d'autres hôtes qu'il faut rechercher. Il est très important de comprendre pourquoi une maladie animale se transmet à un moment donné à l'homme et que ce virus se mute pour permettre ensuite une transmission interhumaine. C'est ce mécanisme-là qui est très important à comprendre. Cela ne va pas changer le profil de l'épidémie actuelle, mais cela permettra de comprendre des mécanismes qui pourraient nous protéger de futures épidémies." 

Caroline Fontenoy: Comprendre l'origine de ce virus permettrait de se protéger face aux suivantes?

Yves Coppieters: "Il est important de connaître l'origine de cette pandémie et d'assurer qu'elle est d'origine naturelle et qu'il y a des animaux intermédiaires. On pourrait ensuite comprendre qu'il y a des conditions sociales, de promiscuité avec l'animal ou des conditions d'hygiène qu'il faut absolument changer dans notre société. Et peut-être qu'en comprenant ce mécanisme de transmission, on pourra faire de la prévention en changeant des habitudes sociales et culturelles."

 




 

Vos commentaires