Où en est la Belgique dans la lutte contre les risques liés à la consommation de boissons énergisantes?

La Grande-Bretagne souhaite interdire la vente de boissons énergisantes aux mineurs. Une consultation publique va déterminer si l'âge limite doit être fixé à 16 ou 18 ans. Le but: lutter contre l'obésité et les problèmes cardiaques, entre autres. Où en est-on chez nous? La consommation de ces boissons est-elle encadrée?

L’Angleterre s’attaque à un véritable fléau. Là-bas un quart des enfants âgés de 6 à 9 ans consomme des boissons énergisantes. Pire, ils sont plus de 2/3 quand ils deviennent adolescents. Chez nous, ces boissons sont aussi très prisées chez les jeunes. 

En Europe, ils sont environ 16% à en consommer entre 4 et 5 par semaine. Obésité, problèmes cardiaques ou dépendance, les risques associés à ce type de boisson sont nombreux.

"Au-delà du produit et de la consommation du moment, on est dans un cercle d’habitudes qui s’installe. La consommation peut aussi augmenter avec le temps car on recherche plus de sensations et d’excitations", explique Arnaud Ancion, cardiologue au CHU de Liège. 

En soirée, ces sodas sont souvent mélangés à de l’alcool. 17% des jeunes européens le font avec les dangers qu’on connaît.

"Aucune prise de conscience"

"C’est déjà le cas aux Etats-Unis et en Europe dans une certaine proportion. Pour l’instant, il n’y a pas une prise de conscience suffisante au sein des pouvoirs publics et de la population pour freiner cette évolution", ajoute Arnaud Ancion.

En Belgique, 69 millions de litres de ces boissons énergisantes sont vendus chaque année. Actuellement, aucune législation comparable à celle de l’Angleterre n’est prévue chez nous. 

Vos commentaires