En ce moment
 

Pas de prof' ni d'horaires: découvrez l'école 19, l'ovni qui forme gratuitement des jeunes à devenir codeurs (vidéo)

Pas de prof' ni d'horaires: découvrez l'école 19, l'ovni qui forme gratuitement des jeunes à devenir codeurs (vidéo)

La version belge de l'institution 42 à Paris, a été inaugurée à Uccle. L'école 19 permettra à des jeunes de se former gratuitement aux métiers du numérique à condition qu'ils réussissent l'épreuve de sélection.

Nos reporters Mathieu Col et Steve Damman ont visité une des classes de l'école 19. Sur place, ils ont observé 150 étudiants en plein examen de codage. Des jeunes qui espèrent être sélectionnés. L'enjeu est important: s'ils réussissent, l'école les formera gratuitement pendant 2 à 5 ans.

L’homme qui a eu cette idée folle est  Xavier Niel, milliardaire français, fondateur de Free.  Il a créé l’école 42 à Paris. Aujourd’hui, des partenaires belges lance le même projet à Bruxelles. "L'idée est d'aider des jeunes en Belgique à trouver une voie, un métier, explique Xavier Niel. En France, pour chaque jeune qui termine cette école, on a 10-15-20 offres d'emploi. Donc, on sait qu'on est dans une formation qui fonctionne au niveau mondial".


Une progression par "palier", un peu comme dans un jeu vidéo

Une machine à fabriquer les meilleurs codeurs au monde, grâce à une façon d’enseigner très particulière. Pas d’horaires imposés, pas de professeur, rien que des défis à relever, grâce aux autres élèves. Et progresser de palier en palier, comme dans un jeu vidéo. Tout le monde peut tenter sa chance.

"Vous pouvez n'avoir jamais codé de votre vie et être admis à l'examen d'entrée qui s'appelle la piscine, explique John-Alexander Bogaerts, fondateur de l'école 19. La piscine, c'est très simple: on te jette dans l'eau et si tu ne sais pas nager, tu as intérêt à apprendre rapidement, sinon, tu coules. C'est une immersion d'un mois à raison de 15 à 18 heures par semaine".

Les mécènes sont une douzaine de partenaires privés, dont plusieurs entreprises du Bel20, bien décidées à pouvoir un jour profiter des talents de leurs nouveaux protégés.

Vos commentaires