En ce moment
 
 

Pas de soldes chez les Petits Riens cette année: "On préfère des prix justes toute l'année"

 
Les Petits Riens
 

Les soldes commencent ce lundi 4 janvier en Belgique. Des réductions que n’appliqueront pas les 28 magasins des "Petits Riens". Une première en 80 ans. L’asbl a vu ses revenus fondre à cause de la crise. Elle espère que malgré cette décision, les clients resteront fidèles à son offre de vêtements de seconde main.

Pas de soldes cette année aux Petits Riens. L’asbl explique: "Nous ne soldons pas nos actions sociales." 80% de son budget provient de ses ventes en magasins. L’année dernière a été difficile à cause du coronavirus. L’entreprise d’économie sociale a perdu 5 millions d’euros de chiffre d’affaire.

"C’est la raison pour laquelle on met en place cette politique de petits prix tout au long de l’année plutôt que de solder deux fois par an, explique Olivier Neufkens, directeur de la communication des Petits Riens. Ça n’est pas vraiment nécessaire. On préfère avoir cette notion de prix justes toute l’année."

Malgré l’absence de soldes, l’association appelle les clients à venir acheter dans ses magasins pour contribuer à cette économie solidaire. "Chaque achat va vraiment financer l’ensemble de nos actions sociales, mais aussi l’ensemble des employés qui travaillent dans la filière, dans nos magasins, qui sont des bénévoles, des personnes en réinsertion socio-professionnelle."

C'est logique!

Les clients comprennent cette décision. "C’est tout à fait raisonnable et c’est tout de même pour une bonne cause, explique une cliente. Nous on a déjà tout ce qu’il faut: la santé, la richesse, on peut se permettre des choses. Ici, c’est pour des gens qui ont vraiment encore rien du tout." "Ça ne m’étonne pas du tout. C’est logique, admet un client."

Pour soutenir l’asbl, vous pouvez donc effectuer vos achats dans leurs points de vente, mais aussi faire un don de vêtement, d’objet ou d’argent. Les Petits Riens proposent notamment des hébergements pour les sans-abris et des repas pour les démunis.

 




 

Vos commentaires