En ce moment
 
 

Pas de touristes, pas de cash, pas de pourboires: le coronavirus crée un préjudice important pour les bonus des serveurs

Pas de touristes, pas de cash, pas de pourboires: le coronavirus crée un préjudice important pour les bonus des serveurs
©BELGA
 
 

Les conséquences de l'épidémie de coronavirus sont nombreuses, certaines plus inattendues que d'autres. En plus de la baisse de fréquentation des établissements de l'Horeca, les serveurs souffrent d'une baisse des pourboires. Les causes sont multiples.

Mickael est directeur de salle dans un restaurant de Waterloo, l'addition pour l'une de ses tables s'élève à 80 euros et pas un de plus. Avec le coronavirus, les clients paient moins en argent liquide. "J'ai très peu de cash, constate-t-il au moment d'ouvrir la caisse. Le seul cash que j'ai, c'est mon fond de caisse. Tout est payé en visa, en mastercard et donc quand on paie en visa, on laisse rarement un pourboire". "On a de la chance de ne pas avoir le même système qu'aux États-Unis ou au Canada où quand on reçoit un pourboire, c'est notre salaire. Ici, on a de la chance, on a un salaire et les pourboires arrondissent nos fins de mois", reconnaît Mickael.

Touristes absents

Dans un autre restaurant un peu plus loin, le constat est le même mais pour d'autres raisons. Les touristes ont déserté l'établissement de Gérard : "Les Anglais, les Américains laissaient d'office minimum 5 euros par table, voire plus. C'est dans leur culture donc ils laissent facilement des pourboires, maintenant ils ne sont plus là". Les clients toujours présents font aussi plus attention à leur budget. Ainsi, "le prix moyen du couvert a bien diminué aussi", remarque Gérard.

Selon ce gérant, cela représente tout de même une perte de 10 euros par serveur et par jour, un bonus non négligeable en fin de mois.




 

Vos commentaires