Vœux de Nouvel An: voici ce qu'il est de bon ton de faire et ce qu'il faut absolument éviter

Vœux de Nouvel An: voici ce qu'il est de bon ton de faire et ce qu'il faut absolument éviter

En cette troisième journée de l'An neuf, il est de bon ton de présenter ses voeux à ses collègues et à ses connaissances. Si vous ne l'avez pas encore fait, dépêchez-vous! Philippe Lichtfus, spécialiste en savoir-vivre et professeur d'étiquette contemporaine à Paris nous explique ce qu'il est de bon ton de faire et dans quels délais, et ce qu'il faut éviter absolument.

Respecter le délai

"Il y a un délai à respecter. On peut évidemment commencer avant Noël ou début décembre et on peut envoyer nos voeux de Nouvel An jusqu'au 31 janvier. Si vous répondez à des voeux jusqu'au 31 janvier, c'est bien, mais si vous envoyez vos voeux le 31 janvier, c'est empêcher à des personnes qui les reçoivent de vous répondre", développe notre spécialiste. 

La période idéale réside entre le début du mois de décembre et la fin du mois de janvier. "Envoyer ses voeux en février n'a pas de sens", précise Philippe Lichtfus. Et si on est pris par le temps, peut-on ne pas répondre? "Non, il vaut mieux envoyer des voeux en retard que de ne rien répondre du tout", explique le professeur d'étiquette contemporaine.



Le contenu

Au niveau du contenu, notre spécialiste nous livre des conseils précieux: "Il faut présenter ses voeux de manière simple, plutôt que d'utiliser des formules du style "Je te souhaite autant de jours de bonne santé, etc..." C'est assez risible", juge notre spécialiste. Et de poursuivre: "Il faut faire très attention de ne pas heurter une personne. On n'envoie pas des voeux de bonne santé à une personne malade, ou d'amour à une personne qui nous a annoncé la veille qu'elle allait divorcer, de même qu'il faut être prudent avec les connotations religieuses. Cela ne s'envoie pas à quelqu'un qui se déclare ne pas l'être. Il faut faire attention à ménager les susceptibilités de chacun."

Le faux-pas à éviter

Philippe Lichtfus nous apprend que la dernière tendance que suivent de plus en plus de personnes à envoyer leurs voeux avec une photo de famille frôle souvent l'impolitesse. "Ce qui revient de plus en plus à la mode, c'est d'imprimer un carton de voeux, avec une photo de sa famille. C'est basique et c'est toujours la même chose. Souvent à l'intérieur, il est écrit: "Joyeux Noël et bonne année". C'est un peu court. Mais ce qu'il se passe, c'est que vous avez cela en imprimé et en dessous, vous avez les noms et les prénoms des enfants. Les personnes trouvent ça bien, mettent ça dans une enveloppe et le postent. Mais cela n'a pas de sens. J'ai reçu des voeux comme ceux-là et je suis fâché. La moindre des choses, c'est d'y ajouter "Bien amicalement", "On pense à toi", et on signe le prénom à l'encre, c'est mieux, ou au bic, c'est aussi acceptable. Il faut absolument personnaliser ses voeux."

"Evidemment si les voeux sont destinés à votre patron, il faut adapter la formule, en écrivant 'bien cordialement' ", nous rapporte monsieur Lichtfus.

Une dérogation

Les seuls qui ont le droit de ne pas personnaliser leurs voeux, sont le Roi et la Reine parce qu'ils en envoient des milliers. "Dans ce cas on peut comprendre le manque de personnalisation", justifie le spécialiste en étiquette. Et de conclure: "Mais pour des familles qui envoient au maximum 100 voeux par an, c'est presque pire que d'envoyer un sms ou un e-mail."

Vos commentaires