En ce moment
 
 

Quand la mobilisation pour le climat devient une affaire de famille: "C'est en agissant individuellement que l'on amène le changement"

Les slogans et les calicots sont prêts. Des dizaines de milliers de personnes sont, donc, attendues ce dimanche dans les rues de Bruxelles pour une nouvelle "marche pour le climat". Un combat qui mobilise de plus en plus de jeunes. Ils en parlent, d'ailleurs, régulièrement, avec leurs parents.

A 17 ans, Eve est à l'âge où l'on peut passer des idées aux actes et commencer une révolution sur un bout de carton. "Amenez vos guiboles, on a bientôt plus de pétrole", écrit-elle sur la pancarte qu'elle dressera fièrement dans le cortège de ce dimanche. "Il ne faut pas paraître trop comique pour ne pas perdre en crédibilité. Mais en même temps, il faut que ça percute", explique-t-elle.

Fiers du combat que leur fille a décidé de mener, ses parents n'ont pas été très difficiles à convaincre. "Je crois que vous avez bien raison de manifester pendant les heures de cours aussi", lance Pierre Fontaine. Eve marchera donc ce dimanche et encore jeudi prochain. Elle descendra dans les rues jusqu'à ce que son slogan devienne une mélodie qui reste en tête.


"On soutient de manière festive les gens"

A Thuin, Victor Broisson a fait de son instrument un véritable argument. C'est en musique que le jeune homme de 19 ans et sa famille ont décidé de manifester. "Le fait de venir avec une fanfare, c'est quelque chose de festif. On soutient de manière festive les gens", confie Véronique Englebienne, la mère du jeune homme. 

Bientôt, la question sera 'Quand s'arrêter?'. Mais dans ces familles d'adolescents, marcher pour le climat pour l'instant, ce n'est même pas un débat. "Individuellement, je sais que ça ne va pas amener énormément mais c'est en agissant chacun à son échelle que l'on réussit à amener le changement", glisse Victor. Un message rempli d'espoir qu'il portera du mieux qu'il peut ce dimanche lors d'une mobilisation qui s'annonce déjà très importante.

Vos commentaires