En ce moment
 

Les seniors divorcent de plus en plus: "Je me suis récemment occupée de la séparation d’une personne de 86 ans"

Les seniors divorcent quatre fois plus qu’il y a 10 ans, selon l'office belge de statistique. Comment peut-on expliquer un tel phénomène? Eléments de réponse avec Vincent Jamoulle et Marc Evrard dans le RTL Info 13h.

En dix ans, le nombre de divorces chez les seniors a été multiplié par 4. Tel est le constat de l'office belge de statistique. En 2016, 505 couples belges ont divorcé après 65 ans. Comment peut-on expliquer une telle augmentation? Selon Marie-Thérèse Casman, sociologue de la famille à l’université de Liège, plusieurs facteurs sont à prendre en compte. 

"Il y a l’espérance de vie qui augmente. Donc à 65 ans, on a encore l’espoir de vivre un certain nombre d’années en bonne santé", indique la sociologue au micro de Vincent Jamoulle et de Marc Evrard. 

En outre, le divorce n’a plus la même image. Moins tabou, le divorce s'est banalisé et simplifié. "Avant, c’était peut être plus difficile et on avait peur du ‘que dira-t-on’. Maintenant, on s’en fou", explique un retraité.


Désir d’indépendance et évolution du statut de la femme dans la société

L’autonomie financière des femmes peut également expliquer une telle hausse. "Il y a 50 ans, quand une femme souhaitait divorcer, les aspects financiers faisaient qu’elle n’avait pas l’occasion ni la possibilité de partir", indique Marie-Thérèse Casman, sociologue de la famille à l’université de Liège. 

Enfin, l’épreuve de la retraite est un facteur à prendre en compte. Quasiment tout le temps ensemble, se supporter peut parfois devenir compliqué. De plus, l'ennui peut être à l'origine de la séparation. 


"On se retrouve du matin au soir ensemble"

"On était chacun dans un bureau et puis on se retrouve du matin au soir ensemble. La femme s’occupe toujours du ménage, le mari a peut-être moins de choses à faire. Donc effectivement, elle embête quelques fois son mari mais ça se passe quand même bien", affirme une senior. 

Les avocats sont ainsi de plus en plus amenés à rencontrer des clients de plus de 65 ans, comme l'explique Isabelle Baldo, avocate spécialisée en droit de la famille.


Des conflits moins tendus qu'avec les plus jeunes 

"Je me suis récemment occupée de la séparation d’une personne de 86 ans dont l’épouse avait passé les 90 ans", informe-t-elle. 

Dans ces cas, les conflits sont alors moins tendus qu’avec les plus jeunes. "On ne se dispute plus l’hébergement des enfants, ni l’aspect du quotidien. Mais on a quand même le domicile. Qui va rester, qui va quitter la maison, ce sont des sujets qui sont très sensibles", ajoute l'avocate. 

Si les divorces augmentent, les couples qui vieillissent ensemble restent de loin majoritaires.

Vos commentaires