En ce moment
 
 

Que se passe t-il à la Fédération Francophone de Karaté? Des plaintes ont été déposées pour des actes graves

Que se passe t-il à la Fédération Francophone de Karaté? Des plaintes ont été déposées pour des actes graves

Trois parents ont déposé plainte contre le président de la Fédération Francophone de Karaté et deux entraineurs nationaux. Ils dénoncent des bizutages, la consommation d'alcool et des comportements à caractère sexuel lors d’un stage. L’organisation, elle, a introduit une plainte pour calomnie et diffamation.

Les faits présumés se sont déroulés en soirée durant un week-end de stage dans les dortoirs du centre sportif du Blocry. Les parents de trois jeunes dénoncent deux entraîneurs et le président de la fédération. Des bizutages, durant lesquels les participants ont eu les cheveux rasés, auraient été réalisés mais également des actes potentiellement plus graves.

Ces actes sont notifiés par la justice dans une citation en référée:

  • Paroles et traitements dégradants envers les jeunes
  • L’un des entraîneurs a exhibé ses attributs
  • Des filles mineures ont dormi dans la même chambre que les responsables 
  • De la consommation d’alcool et de stupéfiants sont également évoqués

"Nous parlons de personnes qui ont une autorité sur ces enfants, qui encadrent ces enfants et ces personnes doivent veiller à ce que ce genre de choses ne se produisent évidemment pas. Ici, on est confronté à trois jeunes qui dénoncent des faits graves donc il faut qu'on prenne ça en considération", déclare un avocat pénaliste, Eddy Kiaku.

Les faits présumés datent du week-end du 14 septembre. L’affaire est introduite en urgence devant le tribunal de première instance car les parents de trois jeunes athlètes demandent la suspension immédiate des entraîneurs et du président. La fédération a, quant à elle, introduit une plainte pour calomnie et diffamation.

"Si dans ce genre de faits, on établit qu'il n'y avait pas de fondement dans ce qui avait été dit, que c'était simplement une cabale "des parents contre l'Académie" pour nuire à l'Académie, l'Académie pourra alors se retourner en disant je vais intenter une action en dénonciation calomnieuse", affirme l'avocat pénaliste.

Suite aux plaintes des parents, le juge des référées se prononcera mardi pour savoir si l’affaire doit être analysée par la justice en extrême urgence.

Vos commentaires