En ce moment
 
 

Rapport indépendant sur les inondations: "On a eu de la chance que ça se passe en été"

  • Inondations en Wallonie: la gestion des barrages est décriée

  • Inondations en Wallonie: la Croix-Rouge a reçu 40 millions € de dons

 
 
 

Ce matin, le premier volet du rapport des experts sur la gestion des voies hydrauliques a été présenté. C'est un rapport de 120 pages qui analyse la gestion des voies hydrauliques lors des dernières intempéries de juillet 2021. Il a été commandé par le ministre wallon des voies hydrauliques à un bureau d'étude suisse indépendant, Stucky. Il a travaillé en collaboration avec l'Université de Liège. Ce rapport pointe surtout le caractère exceptionnel des précipitations enregistrées avec quatre pics de crues survenues notamment sur la commune de Jalhay.

Une consultation populaire a aussi été réalisée sur le terrain. Toutes ces données proviennent de témoignages et de tables rondes. Au total, 229 personnes ont été consultées dans des groupes de discussions. "C'est très important cette analyse parce qu'on a bien vu dès les premiers jours après la catastrophe, qu'il y avait un ressenti très profond de la population, une incompréhension par rapport à la manière dont s'est passée la crise, par la manière dont elle a été subie par de nombreuses personnes, par rapport au nombre de victimes et aux dégâts. Donc j'avais voulu qu'il y ait une étude indépendante. C'est ce qu'on a ici avec un volet de consultation citoyenne où les personnes ont pu livrer leur ressenti. Il en résulte un grand nombre de recommandations pour le futur", explique Philippe Henry, ministre wallon des voies hydrauliques.

Le rapport pointe également l'absence d'un cadre légal en termes de gestion de risques et de coordination entre les pouvoirs locaux et les différentes infrastructures hydrauliques gérées par le service public de Wallonie. "C'est la prise en compte entre autres pour les collectivités et les groupes à risque. Un gestionnaire de planification d'urgence m'a dit un jour : si on était en période scolaire, qu'est-ce que j'auras fait pour évacuer 600 enfants ? D'une certaine façon, on a eu de la chance que ça soit en été", Catherine Fallon, directrice d'un centre de recherche spécialisé dans la gestion du risque à l'Université de Liège.


 




 

Vos commentaires