En ce moment
 
 

Rassemblement à Charleroi pour dénoncer la violence envers les travailleuses du sexe: deux femmes ont été sauvagement agressées, l'une en est décédée

 
 

17 associations ont tenu à exprimer leur indignation après le meurtre d'une travailleuse du sexe survenu le 30 aout dernier, dans un appartement de Marcinelle. Plusieurs personnes se sont rassemblées à Charleroi pour dénoncer cette violence.

Ce ne sont pas les risques du métier. 17 associations sont venues le dire, haut et fort à la place des victimes qui gardent le silence. La violence évolue gravement dans les huis clos des rendez-vous. Celles et ceux qui travaillent pour le plaisir des autres en sont de plus en plus victimes. "On a vu quand même qu’il y avait une augmentation depuis la période covid, observeCécile Cheront, coordinatrice de l’association Espace P. Mais on a aussi accédé à de nouvelles populations, par exemple pour [administrer] les vaccins, etc., et notamment à la population latino, aux gens qui exercent en privé: [ces personnes nous] envoient des films où ils se font voler, racketter. Il y a des gens qui nous envoient des photos parce qu’ils ont eu des agressions. Et ils n’osent pas porter plainte, parce qu’ils ont peur d’être expulsés".

Deux travailleuses du sexe ont été sauvagement agressées: l'une en est morte

Le rassemblement est un hommage. À ces 2 femmes sauvagement agressées il y a 2 semaines à Marcinelle dans un appartement loué à la journée. L’une, venue de Colombie, est morte sous les coups. Un marteau a été retrouvé sur place. L’auteur serait un client. "C’est un acte contractualisé qui met un corps-outil en acte, mais le corps-outil n’est pas à violenter, rappelle Maria, du collectif UTOPSI, un collectif de travailleuses et travailleurs du sexe en Belgique. Et encore moins la vie. Ce que l’on dit, c’est qu’il est clair qu’on ne veut pas que ce traitement-là soit mis en place. Le fait qu’on tue une femme, c’est un féminicide. En si en plus, c’est parce qu’elle est travailleuse du sexe, eh bien il faudra voir et attendre, mais nous serons vigilants et vigilantes, au fait que ce soit bien entendu comme étant un acte criminel aggravé".

Vigilance aussi quant aux suites judiciaires des terribles faits du 30 aout. Un homme a été inculpé pour assassinat et pour tentative d'assassinat. Il avait rendez-vous avec les 2 victimes mais nie les avoir violentées. 


 




 

Vos commentaires