En ce moment
 

Réforme des pensions: tous les enseignants, sauf ceux du supérieur, figurent dans la liste des métiers pénibles selon les syndicats

Réforme des pensions: tous les enseignants, sauf ceux du supérieur, figurent dans la liste des métiers pénibles selon les syndicats

Les enseignants de l'enseignement maternel, primaire, secondaire, professionnel et spécial sont tous sur la liste des métiers pénibles dans la fonction publique, à en croire une liste diffusée jeudi par les syndicats. Ceux de l'enseignement supérieur n'en font par contre pas partie.

Outre des fonctions à risque comme policier, pompier, agent de la protection civile ou militaire, on retrouve notamment dans la liste les facteurs, les contrôleurs aériens, les cheminots -parmi lesquels les conducteurs de trains-, les infirmiers, le personnel soignant, les gardiens de prison ou encore les chauffeurs de bus et de trams. Les éboueurs, le personnel navigant, les contrôleurs du trafic maritime, les ambulanciers, les puéricultrices, les personnes travaillant dans des centres fermés ou encore celles qui travaillent en hauteur, sur des lignes à haute tension ou escaladent des pylônes, sont aussi des fonctions considérées comme pénibles.

 

Pour l'Open Vld, seul le métier d'enseignant du maternelle devrait être considéré comme pénible

Intégrer l'ensemble des enseignants dans la liste des métiers pénibles est une mauvaise idée, a commenté jeudi l'Open Vld. Seuls les profs du maternel devraient se retrouver sur cette liste, selon la députée flamande Ann Brusseel, spécialiste des questions d'enseignement auprès des libéraux flamands.

Selon la liste divulguée par le SLFP jeudi, l'ensemble des enseignants du maternel, du primaire et du secondaire et de l'enseignement spécialisé seraient repris parmi les métiers pénibles. L'Open Vld se dit toutefois opposé à la mesure. "Je suis fâchée que toutes les professions d'enseignant soient considérées comme pénibles. Il sera encore plus difficile d'attirer les jeunes vers ce métier. Le départ d'anciens enseignants pose déjà problème parce qu'il y a un manque de profils déterminés".

Si un emploi est considéré comme lourd à 59 ans, il l'est alors aussi à 49 ou 39 ans, fait valoir Mme Brusseel. "Un bon directeur veille à ce que les leçons soient bien réparties. La carrière doit être plus diversifiée pour la rendre plus supportable. Un enseignant qui ne peut plus donner cours à temps plein doit par exemple pouvoir devenir mentor pour de jeunes collègues, s'occuper de l'accompagnement d'élèves ou enseigner à temps partiel en école normale. Il faut mettre fin à la carrière plane", selon elle.

Vos commentaires