En ce moment
 
 

Remettre un certificat médical alors qu'on n'est pas malade: 1 travailleur belge sur 8 l'a déjà fait, voici les raisons avancées

Un travailleur belge sur huit s'est déjà porté malade pour une autre raison que sa santé, ressort-il d'une enquête du fournisseur de services RH Securex, publiée jeudi. Les raisons principales de ces absences sont un proche malade, un besoin de récupération ou l'équilibre travail-vie privée.

Le certificat médical couvre-t-il parfois des motifs peu avouables ? C’est en tous les cas ce qui ressort de l’enquête réalisée par Securex. Un travailleur belge sur 8 reconnaît s’être déjà fait porter pâle pour autre raison que sa santé. "Je pense que quand les gens n'ont pas assez de congés, ils se forcent un petit peu à tomber malades, sans raison de maladie", réagit un jeune homme. "Il y a beaucoup de gens qui ne se plaisent plus à leur travail, donc ils restent chez eux. Moi j'ai de la chance, j'ai un chouette boulot, donc ça ne me pose pas de problème", estime une femme. "Il y a des fois une volonté de stresser les gens, et au bout d'un moment, évidemment, ça craque", réagit un homme.

Aider un membre de sa famille, ou simplement récupérer

Dans 31% des cas, ces travailleurs "sous certificat" affirment avoir aidé un membre de leur famille qui était malade. 17% se remettait d’une période chargée. Autant évoquent la difficulté à combiner travail et vie privée. Les conflits avec les collègues, les problèmes familiaux et le manque de motivation sont les autres raisons citées.

"Ce genre de choses est plus présent chez les jeunes. On a une explication à ça: généralement, les jeunes voient leur premier emploi comme un tremplin, ou en tout cas un emploi qu'ils ne vont pas forcément garder, donc ils vont moins s'y identifier. Les personnes plus âgées vont avoir plus d'identification par rapport à leur emploi", explique Guillaume Bosmans, expert chez Securex.


Des alternatives méconnues

Des alternatives existent. Mais elles sont méconnues et moins attrayantes que le certificat médical. "C'est toujours le congé familial, qui est un congé non payé, il y a le petit chômage dans des cas extrêmes comme un décès, sous certificat, ou sous présentation de quelque chose, on peut obtenir son salaire. Et sinon, effectivement, demander à aménager son temps de travail", ajoute Guillaume Bosmans.

"Peut-être que les gens ne sont pas informés sur ces alternatives, et donc malheureusement, tout ce qu'ils connaissent, c'est le certificat médical", réagit une femme.

L'enquête ne révèle pas de différences importantes entre ouvriers et employés. En revanche, elle souligne l’importance du climat de travail afin de décourager les abus.

Vos commentaires