En ce moment
 
 

Rentrée scolaire: comment les écoles se sont-elles organisées?

 
CORONAVIRUS
 

L'école reprend demain après des congés de Toussaint rallongés en raison de la crise sanitaire. Pour évoquer cette rentrée un peu particulière, qui s'effectuera en code rouge, André Genier, le directeur d'administration de l'Enseignement du Brabant wallon, était l'invité du RTL INFO 19H. Il a répondu aux questions de Salima Belabbas. 

Salima Belabbas: vous coordonnez 7 écoles secondaires et il y a beaucoup de règles à faire respecter aux élèves et aux parents. Comment vous appréhendez cette rentrée?

André Genier: "Nous sommes prêts après un travail en amont de nos différentes équipes. On a travaillé énormément avec la médecine scolaire. J'ai demandé aux directions d'école d'écourter leurs congés scolaires pour qu'on soit prêt dès ce lundi. Nous avons travaillé également avec nos équipes informatiques pour les cours en distanciel. Et malheureusement, toutes les familles ne disposent pas de matériel informatique ou de connexion internet, donc nous avons frappé à la porte de certaines associations ou entreprises pour récupérer des ordinateurs obsolètes et les remettre au goût du jour. Nous avons aussi pris contact avec un fournisseur internet afin que ces familles puissent se connecter et que notre enseignement ne soit pas discriminatoire. Il y a l'obligation scolaire mais il y a aussi le droit à la scolarité."

Salima Belabbas: est-ce que des parents craignent encore de remettre leur enfant à l'école? Quel message voulez-vous leur faire passer ce soir? 

André Genier: "D'une manière général, nous n'avons pas beaucoup de réclamations. Maintenant, il ne faut pas nier qu'il y a une minorité de parents inquiets. Le message que je peux faire passer est: "Mettez vos enfants à l'école. Toutes les mesures de sécurité ont été mises en place. Il y a un travail sérieux de la part des différentes équipes d'enseignants et de directions. Je tiens à rappeler que la Fédération Wallonie-Bruxelles a maintenu l'obligation scolaire, ce qui veut dire que les présences des élèves seront prises. Tout élève absent devra pouvoir se justifier d'une manière valable. Notre plus grande crainte est le décrochage scolaire et avec nos équipes nous nous sommes préparés pour encadrer les jeunes ou les parents qui auraient des difficultés."

Salima Belabbas: est-ce que vous craignez de nouveaux changements dans les règles?

André Genier: "Je ne peux pas dire qu'on va les craindre. Nous avons entamé l'année scolaire de cette manière. On sait parfaitement bien que l'actualité peut modifier nos plans. Nous devons être dignes de notre métier. Demain, il y a énormément de parents d'élèves qui attendent des démarches professionnelles de notre part. Nous serons à la hauteur des attentes. Nous ferons notre maximum pour l'être. On ne sait pas comment va se passer le 3e trimestre, mais je pense que nous avons prouvé que nous pouvons nous adapter. La crainte se situer au niveau du retard pédagogique que nous essayons de rattraper pour l'instant. Ici pour les écoles organisées par la province du Brabant wallon, nous avons pris la décision de supprimer les examens de décembre afin d'avoir deux semaines et demi d'apprentissage supplémentaires. On sait qu'il y a un éventuel risque de prolongation des congés de carnaval. Il est clair que si on devait repasser en confinement, je pense que la proposition d'écourter les grandes vacances d'été devra pouvoir être négociée avec les organisations syndicales. On l'envisage parce que sur un plan pédagogique, on doit absolument éviter le décrochage scolaire."

Rentrée scolaire en primaire: voici les détails pratiques

Rentrée scolaire en secondaire: voici les détails pratiques

CORONAVIRUS EN BELGIQUE: où en est l'épidémie ce dimanche 15 novembre ?

Les personnes asymptomatiques vont de nouveau être testées: "C'est un outil fondamental", réagit Yves Van Laethem


 

 




 

Vos commentaires