En ce moment
 
 

Reprise de l'école pour tous les maternelles et primaires: les parents comptent-ils y envoyer leur enfant?

 
CORONAVIRUS

C'est un revirement de situation important dans nos écoles : finalement, le retour en classe sera possible pour toutes les maternelles dès le 2 juin pour les primaires qui n'avaient pas encore repris à partir du 8 juin Voici commence les parents réagissent à cette nouvelle.

Mia et Victoria ont 10 et 9 ans. Ces deux copines de classe sont en 4e  et elles ne savent pas encore si leurs parents vont les mettre à l'école le lundi 8 juin. Elles sont partagées entre impatience et réticence.

"J'ai envie de revoir mes copains et copines mais j'ai un peu peur pour la maladie", dit l'une. "Moi c'est la même chose qu'elle : je suis contente de retrouver mes amis mais un peur pour la maladie aussi", dit-elle.

Du côté des parents, il y a plusieurs opinions. D'abord ceux qui sont satisfait,s voire impatients du retour à l'école. C'est le cas de Maud, maman d'un petit garçon de 3 ans et demi. 

"C'est quelque chose que j'attendais parce que parce que je travaille et donc, c' est c'est important de pas devoir le mettre en garderie", explique-t-elle. Elle n'est pas trop inquiète : "Non je pense que ça va aller. Les enfants ne ne transmettent pas trop le virus et on est prudents, enfin il y a un maximum de sécurité".

Florent, lui, ne mettra pas sa fille de 2 ans et demi à la maternelle mardi prochain : ce jeune papa n'est pas rassuré. "Je préfère attendre septembre. Avec toutes les mesures qu'ils ont pris, je trouve ça un peu bête de les faire rentrer maintenant. Je pense qu'il y a quand même encore un danger. Même s'ils sont petits et qu'ils disent qu'il y a pas vraiment de danger, pour moi c'est risqué."

Et puis il y a également les indécis, comme cette maman : "La première idée c'est de se dire plutôt non, un non catégorique parce qu'on a peur. Et après, il y a le côté un peu de social où l'enfant réclame l'école, réclame ses amis, son institutrice et de bouger. Donc voilà, ça se balance un peu et on ne sait pas exactement ce qu'on va décider".

Les parents ont donc un long week-end pour peser le pour et le contre afin de prendre leur décision. 

 

 

Vos commentaires