Ryanair face à la justice belge: voici la stratégie de la compagnie pour NE PAS PAYER les indemnisations des passagers floués

L'audience d'introduction, qui s'est tenue lundi matin, n'aura duré que quelques minutes, le temps de s'accorder sur la date de la prochaine audience.

Plus de 400 passagers réclament les indemnités auxquelles ils estiment avoir droit suite à l'annulation de centaines de vols de la compagnie low-cost à la mi-septembre 2017. Le montant total des indemnisations avoisine les 110.000 euros.

Le tribunal de commerce de Charleroi a fixé au 30 mars prochain les débats relatifs au litige qui oppose la compagnie aérienne Ryanair à plus de 400 de ses passagers, au sujet de vols retardés ou annulés l'automne dernier à Charleroi. L'audience d'introduction, qui s'est tenue lundi matin, n'aura duré que quelques minutes, le temps de s'accorder sur la date de la prochaine audience.

Les dossiers sont portés par la société "Happy Flights", basée à Gand et spécialisée dans la récupération, au nom de passagers, d'indemnisations dues pour des vols retardés ou annulés.


Une tactique bien rodée

Pour être indemnisés, les passagers floués n'ont pas eu d'autre choix que de se tourner vers la justice. Il semble que Ryanair ait mis au point une stratégie pour tenter de ne pas payer les indemnisations. La tactique est quasi toujours la même.

Un passager introduit une demande d'indemnisation. S'il ne reçoit pas de réponse ou s'il obtient une réponse négative, le passager confie son dossier à une société de recouvrement. Cette dernière n'a alors pas d'autre choix que de faire appel à la justice. C'est seulement à partir de là que la situation se débloque.


Refus de payer les frais de justice

"La compagnie fait une proposition de paiement directement au passager", explique Jeroen De Man, avocat des passagers floués, représentés par HappyFlight, au micro d'Antoine Schuurwegen pour Bel RTL.

Pourtant, si Ryanair accepte de payer l'indemnisation, elle refuse de contribuer aux frais de justice. Et pour cause, une citation internationale en Irlande ce n'est pas donné. "L'indemnisation est par exemple de 250 euros mais une telle citation coûte plus de 400 euros", indique Jeroen De Man.


"Dans le seul but de nuire aux passagers d'HappyFlight"

"On a eu un jugement assez récent dans lequel Ryanair a eu la même position contre des passagers. Selon elle, les tribunaux belges ne sont pas compétents donc elle demande aux passagers d'aller aux tribunaux irlandais pour réclamer l'indemnisation. Le tribunal de Charleroi a déjà jugé que Ryanair abusait des droits et utilise leurs arguments dans le seul but de nuire aux passagers d'HappyFlight", assure l'avocat.

Les passagers ne se laissent donc pas faire et attendent que Ryanair paie l'intégralité des sommes dues.


Des vols annulés à cause d'un manque de pilotes disponibles

A la mi-septembre, Ryanair annulait près de 2.000 vols en Europe durant 6 semaines, 294 en Belgique. Au départ, la société irlandaise avait expliqué cette situation par les mauvaises conditions météorologiques en Italie et une grève des aiguilleurs français, mais rapidement, Ryanair n'avait plus pu cacher que cette situation était due à un manque de pilotes.


Des tensions palpables au sein de la compagnie aérienne

Depuis, Ryanair a accepté de reconnaître un syndicat de pilotes britanniques. Mais des tensions subsistent en ce qui concerne les conditions de travail. La compagnie se dit prête à affronter des grèves à Pâques. Une autre procédure se déroulera devant le tribunal de commerce de Bruxelles. Aucune date n'est encore fixée.

Vos commentaires