Sabrina, une institutrice maternelle "un peu stressée", raconte sa rentrée scolaire: "Les enfants sont encore fort attachés à leurs parents"

C'est évidemment la rentrée scolaire qui est au cœur de l'actualité. En Fédération Wallonie-Bruxelles, près de 900.000 élèves ont retrouvé les bancs de l'école, 500 000 dans l'enseignement fondamental et 396 000 en secondaire. Même si quelques larmes ont coulé ce matin, le stress n'est pas toujours réservé aux élèves. Pour Madame Sabrina que nous avons suivi, c'est seulement sa deuxième rentrée comme titulaire.

Pour Sabrina, c’est la deuxième rentrée. Et cette première journée s’est bien passée. "Je suis content d’eux. Ils ont été chouettes et je pense qu’on va passer une bonne année ensemble", confie l’institutrice en 2e maternelle.

Les parents sont arrivés inquiets, mais ils ont été vite rassurés. Pourtant, ce lundi matin, ce n’était pas gagné. "Il y a toujours un peu de stress et l’envie de bien faire", ajoute Sabrina. "A cet âge-là, ils sont encore petits et sont encore fort attachés à leurs parents", explique l’institutrice.

Face à elle, des bouts de chou d’à peine quelques années. Il faut pouvoir garder le contrôle. Et madame Sabrina connaît les bonnes techniques. Tout ce qu’il faut pour les attirer et les rassurer.

Et quand les enfants sont partis, la journée est loin d’être terminée. Il faut préparer les activités du lendemain, mais aussi se charger des papiers. Du travail plus qu’il n’en faut pour cette nouvelle année.

Vos commentaires