En ce moment
 

Action pour la sécurité des accompagnateurs de train: les navetteurs invités à coller des post-it sur les vitres des trains

Action pour la sécurité des accompagnateurs de train: les navetteurs invités à coller des post-it sur les vitres des trains

Vous prenez le train aujourd'hui? Préparez vos post-it. Les accompagnateurs de train lancent une action de sensibilisation sur leur sécurité. Les usagers sont invités à coller des post-it sur les vitres de toutes les rames, se prendre en photo devant puis de publier leurs clichés sur les réseaux sociaux avec le hashtag "stopagressionsSNCB". L'année dernière, 455 agressions ont été comptabilisées, par le ministère de la mobilité, un chiffre en hausse de 11 % par rapport à 2016. Cette action douce pourrait se muer en une action plus dure (une grève?) si la direction de la SNCB ne réagit pas, a sous-entendu Laurent Brock, secrétaire permanent CGSP Liège Cheminots au micro de notre journaliste Vincent Jamoulle. Le problème se cristallise notamment autour de la solitude de l'accompagnateur de train en particulier le soir.

Par ailleurs, deux agressions se sont produites au cours des derniers jours.

Hier, un accompagnateur de train a été agressé à Welkenraedt en pleine après-midi peu après 15h30. L'accompagnateur était en charge d'un train IC à destination d'Ostende. C'est lorsque le train s'est arrêté en gare que cet accompagnateur s'est fait frapper. Selon les journaux Sudpresse, il a reçu plusieurs coups au visage, ses lunettes ont notamment été cassées. La police a été appelée sur les lieux. Le train a d'abord été annoncé comme étant annulé puis il est finalement reparti 30 minutes plus tard. La porte-parole de la SNCB, Élisa Roux, a confirmé les faits, sans pouvoir donner plus de détails. Deux jours plus tôt, une jeune accompagnatrice aurait été victime d'attouchements et de tentative de viol dans un train près de Huy. Une enquête interne a été ouverte par la SNCB.


"Cela devient de plus en plus grave"

Nicolas (nom d'emprunt) est accompagnateur de train depuis 4 ans. C'est lui qui est à l'origine de cette action de sensibilisation. Il en explique le but au micro de notre journaliste Sébastien De Bock dans la vidéo ci-dessous. Lui-même a déjà fait face à des cas d’agressions verbales ou physiques.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires