En ce moment
 
 

Soins de santé: pourquoi certains Belges reportent-ils leurs visites chez le dentiste depuis le covid?

 
 

Le Grand Baromètre RTL Info-Ipsos-Le Soir révélait il y a quelques jours qu'un Belge sur trois devait rogner sur ses soins de santé. Cela concerne principalement les visites chez le kiné et chez le dentiste. Depuis la crise covid, il y a moins de patients. Pourquoi ?

Dentiste depuis 30 ans, Nathalie constate que de moins en moins de patients viennent régulièrement effectuer leurs soins à cause de la crise covid et la crise financière.

"On voit effectivement qu'au niveau des appels, depuis le mois de septembre, il y a des choses qui sont retardées. On va faire plutôt octobre, novembre ou on postpose parce que le budget du mois de septembre est déjà grillé", indique la dentiste. "On a certains patients qui annulent leur rendez-vous, qui disent qu'ils vont rappeler plus tard et malheureusement parfois on ne les voit pas avant un an, deux ans", ajoute-t-elle. 

Pourtant, Nathalie reste conventionnée avec une accessibilité de soin gratuit pour les enfants jusqu’à 18 ans, grâce au tiers payant mis en place par l’Institut d’Assurance Maladie. Pour Michel Devrise, qui a présidé la société de médecine dentaire belge, il n’y a pas de raisons objectives pour reporter des soins couverts par la sécurité sociale.

"Quelqu'un qui n'a même pas la possibilité d'avancer l'argent a la possibilité de demander l'application du tiers payant. Là, le dentiste se fait payer directement par la mutualité sans devoir demander au patient d'avancer l'argent", explique l'ancien président de la société de médecine dentaire belge francophone. 

Pendant la crise covid de 2020, les visites chez le dentiste ont connu un ralentissement de 9 à 10%. Depuis lors, un rattrapage a tout de même eu lieu. "On a eu une croissance de 18% en 2021 parce qu'il fallait évidemment faire les soins qui n'avaient pas été faits par la crise covid", souligne Michel Devriese. 

Les chiffres de l’Institut d’Assurance Maladie du 1er et 2e trimestre de cette année montrent une augmentation de la fréquentation de 4 à 5% par rapport à l’année dernière, même si certains dentistes remarquent moins de patients.


 

Vos commentaires