Tensions sociales chez Skeyes: l'espace aérien belge fermé cette nuit, de nouvelles actions prévues lundi

De nouvelles actions des aiguilleurs du ciel de Skeyes affiliés à l'ACV-Transcom auront lieu dès lundi, ce qui occasionnera à nouveau des retards, prévient Kurt Callaerts, membre du syndicat chrétien, sur les réseaux sociaux. La réunion de la commission paritaire qui a eu lieu ce vendredi n'a en effet pas permis d'aboutir à un accord entre son organisation et la direction de l'entreprise chargée du contrôle aérien.

Un accord a par contre pu être conclu avec l'ACOD, l'équivalent flamand de la CGSP. Un "prétendu" texte que n'approuve pas l'ACV-Transcom, rapporte le syndicaliste. "Un accord a été trouvé avec un syndicat qui n'a pas déposé de préavis de grève et qui ne s'est pas joint aux autres", déplore-t-il ainsi.

Selon Kurt Callaerts, la direction de Skeyes a rejeté la proposition de 'cooldown' ou d'un médiateur. "Ce n'est pas un bon accord et ne constitue certainement pas un progrès pour le personnel", confie-t-il. Le syndicat chrétien n'a pas accédé à la demande de l'entreprise d'encore affiner l'accord. "Skeyes a son accord et ne tient pas compte de la majorité de ses collaborateurs et des représentants du personnel. Il s'agit alors d'un dialogue social dans lequel vous ne pouvez négocier que les mains dans le dos", critique Kurt Callaerts. "La continuité prime clairement sur la sécurité. Les règles en matière d'interruption de carrière et de congé parental sont adaptées en fonction de l'interprétation illégale de Skeyes. Les horaires inhumains continuent à s'appliquer", dénonce-t-il.


L'espace aérien fermé cette nuit

Dans ce contexte, de nouvelles actions sont dès lors attendues lundi et elles provoqueront des retards, annonce déjà le responsable syndical. Cette nuit, l'espace aérien belge a à nouveau été fermé entre 1h30 et 4h30 du matin. Plusieurs membres du personnel de Skeyes se sont en effet fait porter pâles alors qu'un conflit social dure depuis plusieurs semaines au sein de l'ex-Belgocontrol.

"Pour l'ACV-Transcom, l'impasse se poursuit... Cela promet d'être une période chaude", conclut Kurt Callaerts. De son côté, Skeyes indique que la commission paritaire réunie ce vendredi a poursuivi les discussions sur le protocole d'accord qui avait été présenté lundi. Des propositions finales de la direction avaient alors été mises sur la table. "En commun accord, des adaptations ont été apportées aux propositions originales", précise l'entreprise chargée du contrôle aérien dans un communiqué. Le texte "répond aux 25 points qui ont été mis en avant (notamment par l'ACV Transcom, NDLR) et offre des solutions structurelles pour tous les employés", ajoute-t-elle. La direction invite les syndicats mardi "pour de plus amples explications et discussions".

Vos commentaires