En ce moment
 
 

Tensions USA-Iran: quelque 200 manifestants à Bruxelles pour que la Belgique se distancie de l'attaque de Trump

Tensions USA-Iran: quelque 200 manifestants à Bruxelles pour que la Belgique se distancie de l'attaque de Trump
 
Tensions USA-Iran
 

Quelque 200 personnes ont manifesté dimanche après-midi près de l'ambassade des Etats-Unis à Bruxelles pour protester contre l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani et d'un haut commandant irakien, visés vendredi par une frappe américaine en Irak et dénoncer le risque d'embrasement du Moyen-Orient.

"En tant que mouvement pacifiste, nous voulons nous distancier de la politique guerrière menée par les Etats-Unis", a expliqué un responsable du mouvement pacifiste flamand Vrede, Ludo De Brabander. Il a qualifié le raid ordonné par le président américain Donald Trump d'"illégal", d'"irresponsable" et de "dangereux".

"Quoi que l'on pense de la personne du général Soleimani, il est illégal d'exécuter des gens de la sorte. Il est aussi illégal de mener de telles actions guerrières dans un pays souverain (l'Irak, ndlr) et contre la volonté du gouvernement de ce pays", a-t-il ajouté. Selon M. De Brabander, l'Europe et la Belgique doivent clairement se distancier de Washington et condamner cette action.

Le vice-président de la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), l'avocat Alexis Deswaef, a lui aussi condamné l'assassinat, qu'il a qualifié d'"action unilatérale" des Etats-Unis aux possibles graves conséquences et menée en violation du droit international.

Homme-clé de l'influence iranienne au Moyen-Orient, le général Soleimani a été tué, ainsi que son premier lieutenant irakien, Abou Mehdi al-Mouhandis, lors d'une attaque menée dans la nuit de jeudi à vendredi par un drone américain près de l'aéroport de Bagdad. M. Trump a affirmé que Soleimani préparait une attaque "imminente" contre du personnel américain à Bagdad.

Pour rappel, la Belgique participe à la coalition antidjihadistes emmenée par les Etats-Unis qui entraîne des forces irakiennes et combat contre le groupe Etat islamique (EI). Ces deux fonctions ont été suspendues ce dimanche pour se concentrer sur la protection des bases qui accueillent la coalition contre les attaques annoncées par l'Iran et ses alliés chiites armés tels que le Hezbollah.

 




 

Vos commentaires