En ce moment
 
 

Test-Achats lance le combat contre le démarchage à domicile pour les contrats d'énergie

Test-Achats lance le combat contre le démarchage à domicile pour les contrats d'énergie

Test-Achats a lancé lundi sa nouvelle campagne contre le démarchage à domicile pour les contrats d'énergie. L'organisation de défense des consommateurs appelle, notamment, à utiliser un autocollant pour dire "NON" aux colporteurs et à rapporter les transgresseurs au service public fédéral (SPF) Économie. La plupart des plaintes concernerait les grands fournisseurs.

"Le démarchage et la conclusion de contrats à domicile sont parmi les sujets de plaintes les plus fréquents", affirme Test-Achats. Les personnes vulnérables sont les premières victimes. Les vendeurs mettent sous pression les personnes âgées pour qu'elles signent un contrat ou pour vendre des contrats trop chers. Les démarcheurs mentent aussi souvent, selon Test-Achats. Ils promettent par exemple que le nouveau contrat les protégera contre les black-outs ou ils proposent des tarifs beaucoup plus bas qu'ils ne le sont réellement. "Nous avons même connaissance de démarcheurs qui vendent des contrats à des personnes qui bénéficient du tarif social. Elles ne peuvent en tirer aucun avantage puisqu'elles ont déjà le tarif le plus bas", dit Mieke Clymans de Samenlevingsopbouw, une des ASBL qui soutient l'action. L'association pointe du doigt les grands fournisseurs. "Nous recevons surtout des plaintes concernant ENI, Essent, Electrabel et Luminus", dit-elle.

Pour s'attaquer à de telles pratiques, Test-Achats lance une campagne pour attirer l'attention de la population sur les pièges du démarchage à domicile. Samenlevingsopbouw, le Réseau wallon pour l'Accès durable à l'Énergie (RWADE), le Centre bruxellois d'Appui SocialEnergie (FdSS) et InforGazElec, le centre d'information bruxellois qui défend le droit à l'accès à l'énergie se joignent à l'initiative. L'organisation de défense des consommateurs veut aussi inciter à entreprendre des actions contre les démarcheurs. La législation belge ne peut pas agir dans tous les cas, semble-t-il. La Belgique ne peut pas prendre des mesures plus restrictives que la législation européenne. "Le mieux serait de résoudre le problème au niveau européen mais c'est compliqué et fastidieux. Il y a peu de chances d'aboutir", selon Julie Frère, porte-parole de Test-Achats. "Nous avons alors cherché une alternative".

L'organisation a donc développé un autocollant sur lequel est inscrit "STOP, PAS de démarchage". Il peut être obtenu avec le magazine de Test-Achats ou via l'une des associations précitées. Les organisations demandent de l'afficher clairement sur la boîte aux lettres ou la sonnette. "Si le vendeur ignore le message, cela peut être considéré comme une pratique commerciale agressive. Le consommateur peut alors porter plainte auprès du SPF Economie", ajoute Test-Achats. Une brochure pour informer sur ses droits en cas de démarchage et aider le consommateur piégé est également disponible. Test-Achats conseille notamment de "ne jamais signer quelque chose, même une preuve du passage du vendeur, et de ne jamais donner ses données personnelles". "Toute personne qui commence un nouveau contrat doit recevoir une confirmation par la poste et a 14 jours pour se rétracter", ajoute l'association. Pour la Fédération belge des Entreprises électriques et gazières (FEBEG), la nouvelle campagne de Test-Achats "donne une image plutôt partiale et partielle du démarchage à domicile. Cette communication pourrait donner à penser que les fournisseurs d'énergie se livrent de façon systématique à des pratiques malhonnêtes, ce qui est inexact". Les fournisseurs seraient également favorables à l'instauration d'un label de qualité pour le démarchage à domicile. La fédération ajoute que le démarchage à domicile est une pratique commerciale efficace dans un environnement très concurrencé et "permet de toucher des personnes parfois passives qui n'accèderaient autrement pas au marché libéralisé de l'énergie".

Vos commentaires