En ce moment
 
 

Thierry reçoit une facture GSM salée liée à une bannière publicitaire: des centaines de victimes

Thierry reçoit une facture GSM salée liée à une bannière publicitaire: des centaines de victimes
 
 

Environ 300 personnes ont été arnaquées sur internet avec leur GSM. Elles ont cliqué sur une bannière publicitaire et ont été facturées d'un abonnement de 5 € par semaine. C'est le cas de Thierry. Il nous a signalés via le bouton orange Alertez-nous.

Thierry a été victime d’une pratique douteuse via son smartphone. Il a dû payer un abonnement de 5 euros par semaine pour un contenu auquel il affirme n’avoir jamais souscrit. Il nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous. Et la mésaventure serait arrivée à plus de 300 personnes. La souscription se fait en cliquant plusieurs fois sur des bannières publicitaires.

En consultant sa facture Proximus, Thierry se rend compte qu’il a déboursé une cinquantaine d’euros pour un service qu’il ne connaît pas.

Je fais toujours attention

Il raconte: " Jamais je n'ai demandé un abonnement pour cette société-là. Je ne sais même pas ce que c'est. Je n'ai jamais cliqué sur aucun lien. Je fais toujours attention à cela car c'est un GSM professionnel avec des informations confidentielles. Je n'ai pas du tout envie de me faire avoir au niveau des informations. Jamais, je n'aurai pris l'initiative d'accepter quelconque souscription."

C'est toujours le même scénario

Plus de 300 personnes ont porté plainte pour ce type d’abonnement non désiré. La technique utilisée par les sociétés comme "Moxi games", "Live football", "Wister" ou encore "Demon Games" : des bannières publicitaires qui apparaissent sur votre GSM.

Julie Frère, porte-parole de Test-Achats, développe: "C'est toujours le même scénario. Des gens qui nous disent tout d'un coup je vois apparaitre sur ma facture télécom un abonnement pour lequel je n'ai jamais souscrit. Il semblerait que c'est en cliquant sur une bannière publicitaire - souvent en voulant fermer la page - qu'ils ont souscrit contre leur gré, en tout cas sans le savoir, un abonnement."

Les sociétés en question se défendent et assurent que le client a dû cliquer au moins deux fois sur une confirmation pour s’inscrire et accepter de payer. Interrogée, la société Proximus affirme envisager des ruptures de contrats avec ces entreprises s’il y a une augmentation de plaintes.


 




 

Vos commentaires