En ce moment
 

Tout ce qui change ce 1er janvier (2): ce qui va vous faire PERDRE de l'argent

Tout ce qui change ce 1er janvier (2): ce qui va vous faire PERDRE de l'argent

Chaque 1er du mois, de nouvelles mesures entrent en vigueur et c'est encore plus le cas le 1er de l'An. Nous avons regroupé ici toutes les nouvelles règles qui sont, en principe, un peu plus douloureuses pour votre portefeuille.

Une carte d'identité plus chère, des fournisseurs d'énergie qui pourront indexer leurs tarifs tous les mois, une augmentation du prix des honoraires des médecins, certains tarifs plus chers chez Proximus, certaines bières plus chères, un précompte mobilier plus vite prélevé sur les intérêts des comptes épargne, et des opérations de bourse plus taxées: voici quelques mesures qui entrent en vigueur au premier janvier 2018 et qui pourraient être de mauvaises nouvelles pour votre portefeuille.

La carte d'identité coûtera plus cher

En procédure normale, le tarif de base de la carte d'identité électronique ainsi que des cartes électroniques et documents électroniques de séjour pour étrangers augmentera de 1 euro, pour s'établir à 16 euros au lieu de 15 actuellement, tandis que le prix de base du document d'identité électronique pour enfant belge de moins de douze ans passera de 6 à 6,40 euros.

Le prix des cartes et titres de séjour biométriques délivrés à des ressortissants étrangers de pays tiers sera désormais de 19,20 euros au lieu de 18. L'augmentation est plus significative pour les documents demandés en urgence. Le tarif de base d'une carte d'identité et de documents électroniques pour les Belges et les ressortissants étrangers sera ainsi de 84 euros, au lieu de 79 euros, pour une demande J+2 et de 127,60 euros pour une demande J+1, contre 120 euros auparavant.


Les factures d'énergie à prix variable seront adaptables tous les mois

Les fournisseurs d'énergie pourront indexer mensuellement les offres d'électricité ou de gaz à prix variable à partir du 1er janvier, contre chaque trimestre auparavant. Ce changement s'explique par la fin du mécanisme du filet de sécurité, mis en place lors de la précédente législature fédérale.

Le mécanisme du filet de sécurité, qui arrive à échéance ce 31 décembre, a été adopté en 2013 en raison de la volatilité des prix, supérieurs en Belgique par rapport aux pays avoisinants, rappelle la Commission de Régulation de l'Électricité et du Gaz (Creg). Les fournisseurs d'énergie ne pouvaient alors indexer leurs prix que tous les trois mois. A partir de ce 1er janvier, ils seront donc libres de choisir leurs paramètres d'indexation et d'adapter chaque mois leur offre d'électricité ou de gaz à prix variable.


Aller chez le médecin coûtera plus cher

Les honoraires des médecins augmentent en moyenne de 1,50%, en vertu de l'accord médico-mutueliste 2018-2019 conclu en décembre. Dans le détail, les consultations chez les médecins généralistes et spécialistes sont indexées de 1,68%, tandis que les prestations en matière de biologie clinique et d'imagerie médicale augmentent de 1,25%. Les médecins généralistes peuvent donc facturer un montant de 25,42 euros pour une consultation.

Certaines prestations ne sont par contre pas indexées: le dossier médical global (DMG), les examens génétiques et certains honoraires de dispensateurs de soins non accrédités. Aucune augmentation du ticket modérateur - soit le montant restant à charge du patient après l'intervention de l'assurance obligatoire - n'est prévue.


Proximus augmente plusieurs tarifs

L'opérateur Proximus augmentera plusieurs de ses tarifs à partir du 1er janvier. Ces hausses, qui oscillent entre 1 et 4 euros par mois, concernent principalement les tarifs mobiles hors abonnement, les appels fixes en journée (hors week-end), la location d'un deuxième et d'un troisième décodeur TV ainsi que d'anciennes offres pack et hors pack.

Le coût mensuel de location d'un deuxième décodeur Proximus TV passera par exemple de 5 à 6 euros, tandis que le prix de la connexion Internet Comfort s'élèvera à 42,95 euros par mois, contre 40,05 euros en 2017. L'entreprise justifie ces augmentations par des investissements pour améliorer ses infrastructures.


Hausse de 3% du prix des bières d'AB InBev

Le prix des bières d'AB InBev augmente d'environ 3% à partir du 1er janvier. Cette hausse touche notamment la Leffe, la Stella Artois et la Jupiler. Il faut ainsi débourser en moyenne 0,015 euro de plus par verre de pils.

Les gérants d'établissements horeca font face à une hausse de 3,12% alors que dans la grande distribution, les prix grimpent de 2,83%. De manière générale, le prix de la bière pils est adapté de 0,015 euro par verre en moyenne. Cette mesure concerne l'ensemble de l'assortiment. Pour justifier l'augmentation du prix de ses bières, le groupe brassicole a évoqué une série d'investissements, notamment pour la bière sans alcool Jupiler 0.0%, ainsi que l'augmentation de la capacité des sites de production en Belgique et la réduction de son empreinte écologique dans la logistique et les processus de production. Le brasseur louvaniste explique également cette hausse du prix par l'inflation. "Nous recherchons un équilibre sain entre les coûts et les revenus, en tenant compte des effets de l'inflation", souligne-t-il.

La décision du brasseur belge d'augmenter le prix de ses bières intervient alors que la Commission européenne enquête sur un éventuel abus de position dominante dans le chef d'AB InBev sur le marché belge. Le groupe est notamment suspecté d'avoir empêché l'importation de deux de ses marques phare -Jupiler et Leffe- en Belgique à partir des Pays-Bas et de la France, où ces produits sont moins chers en raison de la concurrence plus forte sur leurs marchés. Le ministre de l'Économie et des Consommateurs, Kris Peeters, a invité AB InBev à venir s'expliquer sur sa dernière hausse de prix. À ce jour, aucune date n'a encore été fixée.


L'exonération pour les intérêts de comptes d'épargne réglementés réduite de moitié

L'exonération pour les intérêts de comptes d'épargne réglementés passe de 1.880 euros à 940 euros à partir du 1er janvier. Au-delà de ce montant, 15% de précompte mobilier est prélevé sur les intérêts.

A l'inverse, une nouvelle exonération pour la première tranche de 627 euros des dividendes d'actions ou parts d'entreprises est introduite. La précompte mobilier sur les dividendes d'actions de certaines PME s'élève à 20% ou 15%. Avec ces deux mesures, l'objectif affiché du gouvernement fédéral est que que l'argent dormant sur les dépôts d'épargne soit investi de manière active dans les entreprises.  


Augmentation de la taxe sur les opérations de bourse

Le taux de la taxe sur les opérations de bourse (TOB) passe au 1er janvier à 3,50 pour mille (au lieu de 2,70 pour mille) pour les titres qui ne bénéficient pas du taux réduit. Ce taux réduit passe lui à 1,20 pour mille (au lieu de 0,90 pour mille).

Cette taxe vise les cessions et acquisitions à titre onéreux de valeurs mobilières belges ou étrangères ainsi les rachats de ses actions de capitalisation par une société d'investissement, lorsqu'elles sont conclues ou exécutées en Belgique.

Vos commentaires