En ce moment
 
 

"Des mesures comme le télétravail vont sans doute être regénéralisées": Pierre-Yves Dermagne évoque la situation sanitaire

 
CORONAVIRUS
 

Le Premier ministre Alexander de Croo (Open Vld) convoque un Conseil des ministres, lundi, afin de se pencher sur la situation sanitaire du pays. Il sera notamment question d'une exigence plus large concernant les masques buccaux dans les zones intérieures.

Dans l'émission C'est pas tous les jours dimanche, le Vice-Premier ministre Pierre-Yves Dermagne (PS) a tenu à rassurer suite à cette annonce. "La réunion du comité ministériel restreint de ce lundi n'est pas exceptionnelle. Systématiquement, avant un Comité de concertation, nous préparons le travail en amont, le lundi, souvent le mercredi, et encore le vendredi matin", rappelle-t-il.

Pierre-Yves Dermagne souligne malgré tout que la situation est "préoccupante". Les ministres parleront ainsi ce lundi de port du masque dans les espaces publics et les commerces, ainsi que de télétravail. "Il va falloir prendre des mesures complémentaires. Il n'est pas question aujourd'hui de refermer des secteurs, mais il y a des mesures à prendre. Je pense à la question du télétravail. On va devoir à nouveau inviter les employeurs et les travailleurs à favoriser et à mettre en place ce télétravail. On ne le fait plus assez, on le voit dans la circulation le matin et le soir. Des mesures, qui existent en Wallonie et à Bruxelles, vont sans doute devoir être regénéralisées sur le territoire", indique le Vice-Premier ministre.

Dans les écoles, le port du masque va-t-il être élargi? "C'est un point qui va être discuté avec les ministres de l'Enseignement. Depuis le début, nous laissons à ces ministres la concertation sur des questions qui sont importantes pour la vie de nos élèves et leur santé mentale."

À la suite du comité de concertation du 17 septembre dernier, au cours de laquelle un "socle fédéral" de mesures avait défini, les Régions avaient été laissées libres d'adopter des règles plus contraignantes si la situation épidémiologique sur leur territoire le requérait, ce qui avait été le cas à Bruxelles et en Wallonie. 

La Flandre, elle, s'en est largement tenue au socle fédéral: depuis le 1er octobre, le port du masque n'y est plus obligatoire en magasin, au restaurant, en salle de sport, dans une administration ou au cinéma. Par ailleurs, depuis le 1er septembre, le télétravail n'est plus fortement recommandé en Flandre ni en Wallonie, mais bien à Bruxelles.


 

 




 

Vos commentaires