En ce moment
 

Un geste pour la planète: Sybille n'achète plus que des vêtements durables, voici ses conseils "slow fashion" (vidéo)

Un geste pour la planète

À l’occasion de la conférence sur le climat qui se tient cette semaine à Katowize, en Pologne, RTLINFO vous propose de découvrir les petits gestes du quotidien qui permettent de limiter votre impact sur l’environnement. Cinquième et dernier geste pour la planète : acheter des vêtements durables. L’industrie textile est responsable de 2% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. La mode éthique, combien ça coûte et comment ça marche ? Les réponses de Simon François, Thomas Kinet et Thomas Decupere.

Après-midi shopping pour Sybille et sa fille Suzanne. Depuis quelques années, Sybille a changé son regard sur la mode. Elle achète désormais uniquement des vêtements durables.

"Je prête une grande attention aux choix des vêtements. J’achète seconde main, ou du neuf mais alors éthique. Je fais attention aux matières, au processus de fabrication, etc.", raconte-t-elle.

On appelle cela la Slow Fashion. Une consommation plus raisonnée de la mode qui passe aussi par des garde-robes moins volumineuses.

"On essaye d’aller quand même à l’essentiel. Ce que je préconise, ce je fais, c’est que j’ai des basiques et j’essaye d’accessoiriser, des petites touches à droite à gauche qui permettent de changer le style", explique Sybille.

Les boutiques éthiques fleurissent dans les grandes villes. Elles proposent des vêtements neufs fabriqués en Europe avec des tissus respectueux de l’environnement et de ceux qui les confectionnent. Une démarche qui a un impact sur le portefeuille des clients, en tout cas dans l’immédiat.


"Par rapport aux débuts des années 2000, on achète environ 60% de vêtements en plus mais on les porte 2 fois moins longtemps"

"Le t-shirt que vous allez acheter à 25 euros, vous l’aurez toujours dans 5 ans, il sera toujours dans le même état, explique Helena Van Aelst, créatrice d’un magasin slow fashion. Il faut toujours se poser la question ‘est-ce qu’on a vraiment besoin d’acheter 10 t-sirts à 5 euros ou est-ce qu’avec 2 t-shirts à 25 euros, on n’a pas une garde robe qui tient aussi la route ?"

Dans l’industrie textile, pour confectionner un jeans, il faut un kilo de coton. C’est-à-dire 5 à 20 000L d’eau, 75g de pesticides et jusqu’à 2 Kg d’engrais chimiques.
Le secteur est responsable de 2% des émissions totales de CO2 dans le monde. Un impact sur la planète qui s’accélère.

"Si on compare par rapport aux débuts des années 2000, on achète environ 60% de vêtements en plus mais on les porte 2 fois moins longtemps", indique Aurélie Melchior, experte à l’asbl éco-conso.

"La première question à se poser en tant que consommateur, c’est ‘est-ce que j’ai besoin d’un nouveau jeans, d’un nouveau t-shirt etc. ?'", ajoute-t-elle.

Les associations environnementales dénoncent une surconsommation encouragée par les grandes enseignes. Il y a encore 20 ans, les marques sortaient deux collections par an. Aujourd’hui, les magasins changent leur assortiment jusqu’à plusieurs fois par mois.

Vos commentaires