En ce moment
 
 

Une commission wallonne se penche sur la gestion de la crise du coronavirus: que va-t-elle faire?

 
 

En direct dans le RTLINFO 13h, Mathieu Langer présente la Commission spéciale Covid, qui démarre ce lundi après-midi au Parlement wallon.

L'idée de cette commission, c'est de tirer les leçons de la gestion de cette crise ?, l'interroge notre journaliste Alix Battard.

Oui, car de nombreuses questions subsistent encore sur la façon dont les résidents de maisons de repos ont été traités en Wallonie. Pourquoi certaines personnes n'ont pas directement été hospitalisées ? Voilà des exemples de questions posées lors de ces débats. Ces travaux reviendront sur les 1600 décès recensés dans ces maisons de repos. Dès 14 h, les membres de cette commission spéciale se pencheront sur les aspects sanitaires organisationnelles économiques et sociaux pour lesquels des recommandations vont être établies. C'est Elio Di Rupo, le ministre président wallon et membre du conseil national de sécurité, qui prendra la parole en premier. Les députés lui poseront ensuite des questions. La liste des invités à auditionner doit aussi être établie. Cette commission est prévue une fois par semaine tous les vendredis jusqu'au 30 novembre prochain. Dans l'opposition, le CDH et le PTB auraient souhaité une véritable commission d'enquête parlementaire et regrettent qu'aucun expert n'encadre cette commission spéciale comme cela se fait déjà au fédéral.

"Ça ne doit pas être un show médiatique. Aujourd'hui on doit aller en profondeur dans les questions et là on a quelques doutes. Effectivement aujourd'hui la commission a pris du retard en Flandre, ils sont à la dixième réunion. Il n'y a pas d'expert qui a été désigné contrairement au fédéral. Et on ne veut pas de commission d'enquête, donc pas de moyens d'enquête mais simplement une commission spéciale. On espère qu'au-delà du show, on pourra aller dans le fond des questions pour que, je le rappelle, on puisse dire 'plus jamais ce drame', notamment dans les maisons de repos qui relèvent de la région wallonne", déclare François Desquesnes, chef du groupe CDH au Parlement Wallon.

"Tout un chacun est d'accord qu'au sein des maisons de repos, on a vécu une tragédie sans nom. On a envoyé les gens, les soignants, les médecins, on les a envoyés à la guerre sans munitions. On les a envoyés sans équipement, donc ils ont connu des situations de guerre. C'est pas nous qui le disons mais Médecins sans frontières, qui parle de crise humanitaire aiguë dans les maisons de repos. Donc, vu le refus de la majorité de se concentrer sur les maisons de repos, notre crainte c'est qu'il y ait un noyage de poissons", commente Germain Mugemangango, chef du groupe PTB au Parlement Wallon.




 

Vos commentaires