En ce moment
 
 

Une nouvelle espèce de dinosaure visible à Bruxelles: le colosse fait près de neuf mètres de long (vidéo)

Une nouvelle espèce de dinosaure a été révélée aux Etats-Unis. Des chercheurs ont mis la main sur le fossile d'un nouveau type d'animal. Vous pouvez admirer ce squelette à partir d'aujourd'hui à l'Institut des sciences naturelles de Belgique...

Un petit nouveau est arrivé dans la galerie de l’évolution. Il n’est en fait pas si petit que ça et pas si nouveau, il fait presque neuf mètres de long et est âgé de 155 millions d’années. Arkhane, c’est son nom, appartient au genre des allosaures mais il ne s’apparente à aucune espèce connue.

"On a comparé le squelette, chaque os, avec ce qui a été découvert auparavant pour tenter de savoir si on avait affaire à un allosaure classique, ce qu’on appelle un allosaurus agilis, ou alors à une espèce proche mais différente. Et on est en présence d’une autre espèce, voisine mais différente", explique Pascal Godefroit, paléontologue à l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique.


Un chasseur de près de 9 mètres, capable d'atteindre les 55 km/h

Arkhane est un chasseur, un prédateur bipède capable d’atteindre les 55 km/h. Il exerçait ses talents de coureur à l’époque du Jurassique, dans l’actuel état du Wyoming, aux Etats-Unis. C’est là que son squelette a été découvert lors de fouilles privées. Acquis aux enchères par un riche anonyme. Le colosse est ensuite prêté au musée pour expertise. C’est l’occasion de découvrir une nouvelle espèce…et de faire avancer la recherche.

"On est en train de remarquer pour les allosaures et pour leurs proies, les grands Diplodocus, que la variabilité était beaucoup plus importante. En fait, il y avait beaucoup plus d’espèces dans ces grands écosystèmes qu’on ne le croyait jusqu’à présent", précise Pascal Godefroit.


En attente d'une classification scientifique

Près de 7 mois et une équipe de 20 personnes ont été nécessaires pour étudier le squelette, le restaurer, et aussi le rendre présentable. "Par exemple, pour la main on part de l’original. On fait un moule en silicone, donc quelque chose de tout à fait basique et puis après c’est une réplique faite en une sorte de plâtre très résistante. Ensuite, c’est peint dans la même couleur, dans les mêmes teintes que l’original", souligne Jonica Dos Remedios, chef de l’équipe moulage.

Arkhane vient d’arcanus (mystérieux en latin) et de Gengis Khan, le terrible conquérant. Un nom choisit par son propriétaire, en attendant de recevoir une classification scientifique, et d’entrer au panthéon des grands prédateurs.

Vos commentaires