En ce moment
 

Une rentrée scolaire, cela coûte cher : voici comment réduire les frais et comment certains communes interviennent

Les parents d'élèves pensent en ce moment à leurs courses de rentrée et se demandent peut-être comment acheter malin. Delphine Chabbert, porte-parole de la Ligue des Familles, était l'invitée d'Alix Battard dans le RTL info 13 heures.

Combien coûte, en moyenne, une année scolaire pour une famille ?

Delphine Chabbert: "En moyenne, il faut compter 280 euros pour un enfant en maternelle, 1.225 pour un enfant en primaire, 1.550 pour un enfant en secondaire. Et pour un enfant en secondaire technique ou professionnel, là, ça explose, c'est plus de 2.300 euros. Je rappelle qu'en théorie, l'école doit être gratuite, c'est prévu par la Constitution et ces coûts sont très lourds pour les familles. Ils ont des conséquences sur les enfants : certains sont stigmatisés, montrés du doigt parce que leurs parents n'ont pas su payer la cantine ou une activité. Le coût est lourd pour les familles : certaines doivent faire des sacrifices pour payer la rentrée ou des voyages scolaires. Et puis, cela a des conséquences sur les relations entre la famille et l'école, qui est une relation pas simple, toujours de défiance/confiance entre les parents et les enseignants. Vous mettez l'argent au milieu et c'est explosif. Donc, on a vraiment intérêt à aller vers cette gratuité scolaire dans l'intérêt des enfants, des familles, mais y compris de l'école elle-même".


Y a-t-il des clés pour faire baisser la note ? Quels sont vos conseils, notamment en matière d'achat de fournitures scolaires ?

Delphine Chabbert: "Réutiliser le matériel de l'année dernière, c'est quelque chose d'intéressant. Utilisez du matériel de seconde main, n'ayez pas peur d'utiliser le vôtre, celui de vos amis, participez à des brocantes, des choses comme ça. Privilégiez aussi les achats groupés : ça permet de faire diminuer la facture et ça permet aussi de résister aux marques, ce qui est difficile par rapport aux enfants qui, souvent, mettent la pression sur les parents. Et puis aussi, ayez le réflexe écologique. Écoconso montre qu'il y a tout à fait moyen d'avoir des gestes d'achat écologiques : ils ne font pas augmenter la facture, et même parfois, ils peuvent la faire baisser".


Cette année, la Ligue des Familles a travaillé avec les communes sur l'école moins chère : quels sont les exemples à en tirer ?

Delphine Chabbert: "On a rencontré 4 communes : Schaerbeek, Charleroi, Ottignies-Louvain-la-Neuve et Saint-Josse. Ces communes ont une approche très volontariste pour faire baisser les coûts et pour faire réduire les inégalités à l'école. Pour réduire les coûts, elles offrent les fournitures scolaires à la rentrée pour certaines d'entre elles, d'autres vont rendre la garderie gratuite. C'est très important car les enfants passent en moyenne entre 8 et 10 heures par jour et c'est vraiment lourd pour les parents. D'autres ont une action sur le temps de midi : certaines écoles font payer un droit de chaise, c'est-à-dire que les parents doivent payer la surveillance de leur enfant juste pour qu'ils mangent leurs tartines. Elles ont interdit ce droit de chaise et ont rendu les repas plus accessibles, plus démocratiques. Et puis aussi, des bonnes pratiques en matière de voyages scolaires, qui peuvent être très très lourds. Certaines communes vont faire des voyages en fonction des revenus des parents, ou vont privilégier des voyages moins loin mais avec un intérêt pédagogique tout aussi important, et vraiment organiser l'accès aux infrastructures culturelles de la commune pour tous les enfants qui fréquentent l'école".

Vos commentaires