En ce moment
 
 

Vérif RTL info: NON, ces vaccins ne provoquent pas l'autisme ou la sclérose en plaques

 
 

Les rumeurs concernant les vaccins sont nombreuses. Dans les années 90, ces deux vaccins ont provoqué de nombreuses inquiétudes dans la population : le vaccin contre l'hépatite B et celui contre la rougeole. Ils auraient respectivement provoqué des cas de sclérose en plaques et d'autisme. Mais depuis, de nombreuses études scientifiques démentent ces théories.

En 1994 débute une vaccination massive contre l'hépatite B (une maladie du foie qui se transmet par voie sexuelle ou sanguine). De nombreux cas de sclérose en plaques sont déclarés peu après l'injection du vaccin, ce qui provoque la panique de la population. En France, Bernard Kouchner, secrétaire d'Etat à la santé décide même d'arrêter la campagne de vaccination. De nombreuses études scientifiques ont été réalisées et aucune n'a prouvé de lien de causalité entre les deux. "L'incidence des cas de sclérose en plaques rapportés en France suite à la vaccination contre l'Hépatite B ne dépasse pas celle de l'incidence de la sclérose en plaques dans la population générale" explique Vincent van Pesch, chef de service neurologie aux cliniques universitaires Saint-Luc de Bruxelles. Pourtant, en 2017, un arrêt de la cour de justice européenne a rendu le laboratoire Sanofi-Pasteur responsable de la sclérose en plaques d'une personne vaccinée contre l'hépatite B. Une décision judiciaire critiquée par les scientifiques. "Quand on épluche la littérature médicale, on ne retrouve aucun lien de cause à effet. Il faut bien faire la distinction entre des décisions judiciaires et des avis circonstanciés d'experts scientifiques" explique le neurologue.

Le vaccin contre le papillomavirus

Plus récemment, le vaccin contre le papillomavirus (Virus responsable du cancer du col de l'utérus) a aussi été pointé du doigt. Mis sur le marché en 2006, plusieurs cas de sclérose en plaques ont été déclarées chez des jeunes femmes.  Dans ce cas-là aussi, aucune étude scientifique n'a prouvé de lien de causalité. "On n'a pas pu établir que le nombre de cas de personnes vaccinées était supérieur à celui qui survient dans la population générale" précise Vincent van Pesch. 

Le vaccin contre la rougeole

En 1998, une étude du médecin Andrew Wakefield publiée dans la célèbre revue scientifique The Lancet, établit un lien entre le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) et le développement de l'autisme chez les enfants. En réalité, il s'agissait d'une fraude et l'article a été rétracté par le Lancet en 2010. "Les enfants qui ont été étudiés par Wakefield étaient soigneusement sélectionnés, ce qui n'est pas très rigoureux scientifiquement et certaines recherches de son laboratoire étaient financées par les avocats de parents qui avaient introduit une action en justice contre la compagnie qui a fait le vaccin. Il n'y avait clairement pas l'objectivité et la rigueur scientifique" explique Muriel Moser, immunologue à l'université libre de Bruxelles. Depuis la fin des années 90, de nombreuses études de très grande ampleur ont démontré qu'il n'y a aucune augmentation de l'incidence de l'autisme chez les enfants vaccinés. Selon l'organisation mondiale de la santé, ce vaccin ROR a d'ailleurs permis de sauver 21 millions de vies à travers le monde entre 2000 et 2017. "La diminution de la vaccination qu'il y a eu après cette publication aurait pu causer énormément de décès" précise l'immunologue.

Une réelle transparence concernant les effets secondaires 

Muriel Moser se veut rassurante : la pharmacovigilance qui encadre les vaccins fonctionne très bien actuellement. Il y a beaucoup de transparence concernant les effets secondaires. Dans l'histoire de la vaccination, deux vaccins ont bel et bien provoqué des effets secondaires sur le long terme. C'est le cas du vaccin contre la grippe H1N1. Dans l'année suivant la vaccination, on a observé des cas avérés de narcolepsie (maladie du sommeil qui provoque des assoupissements survenant brutalement au cours de la journée). Dans le cadre du vaccin contre la dengue, il a été montré que l'injection avait parfois favorisé l'apparition de l'infection. Pour ces deux vaccins, l'information a été communiquée au public et l'agence européenne des médicaments a pris des mesures pour adapter la campagne de vaccination.

Pour aller plus loin: 

Etude analysant le lien entre sclérose en plaques et vaccins (Neurology, 2019)

Etude analysant le lien entre autisme et vaccin ROR (Journal of the American Medical Association , 2015)

- L'avis de la ligue belge de la sclérose en plaques

L'article du British Medical journal sur la fraude d'Andrew Wakefield

L'Article de l'OMS sur la rougeole

L'article désavoué de Wakefield (The Lancet, 1998)


 




 

Vos commentaires