En ce moment
 
 

Vieux GSM dans les tiroirs: une collecte dans toute la Wallonie pour s'en débarrasser

On a tous dans le fond d'un tiroir un ancien GSM qui traîne. À partir d'aujourd'hui, 140 établissements scolaires de Wallonie les récupèrent. Ce geste pour l'environnement leur permet d'avoir une nouvelle vie.

Trois boîtes à collecte ont été installées ce matin dans ce collège d’Erpent. Jusqu’à vendredi, les élèves ont l’occasion d’y déposer leurs vieux téléphones… Chaque famille aurait deux ou trois portables cachés dans ses fonds de tiroirs. L’école espère en récolter un maximum.

"J'espère, soyons fous, un par élève. On a plus ou moins 1150 élèves, donc pourquoi pas 1150 GSM. Ce serait le bonheur de dire que voilà le message est passé et puis comme les parents viennent vendredi... Si on peut encore prolonger vendredi avec un petit accord, et bien pourquoi les parents pourraient aussi venir déposer leurs vieux GSM", déclare Barbara Denil, responsable de l'ecoteam au collège Notre Dame de la Paix. 

L'appel de la nouveauté

A la fin de la semaine, Récupel viendra recueillir les vieux GSM, mais aussi les clés USB ou les souris usagées… Des objets qui seront ensuite réparés ou envoyés dans des sociétés spécialisées dans le recyclage électronique.
Mais finalement, qu'est ce qu'un vieux GSM pour les jeunes ?

"Souvent il est cassé ou il ne marche plus ou il bugue... ou il y a un nouveau qui sort alors on veut le nouveau. Voilà il faut aussi faire attention à ça. Pas acheter le dernier cri. Moi, le mien ça fait deux ans... bientôt trois ans que je l'ai" confie Adèle, élève de 4ème secondaire.

"Cela ne sert à rien de garder des vieux téléphones dans nos tiroirs qui pourraient servir à autre chose. S'ils peuvent avoir une seconde vie ou une utilité, on pourrait les donner au lieu de les garder dans nos tiroirs" ajoute Salomé qui est en 5ème secondaire.

Outre du plastique, les téléphones portables contiennent de nombreux métaux très polluants comme le cuivre, le plomb ou l’aluminium… L’opération Call to action a donc pour but de leur donner une seconde vie pour limiter l’impact sur l’environnement. Elle mobilisera plus de 113.000 jeunes de 7 à 24 ans à travers toute la Wallonie, jusqu’au 4 avril.


Vos commentaires